Menu

Société

Scandale pharmaceutique: Où est Deepak Bonomally, alias Bono ?


Rédigé par E. Moris le Mardi 27 Octobre 2020



Où est Bono ? Non, il ne s’agit pas de Paul David Hewson, dit Bono, le chanteur de U2. Celui qui serait recherché est Deepak Bonomally, alias Bono à Maurice. 

La Commission anticorruption souhaite interroger Deepak Bonomally, un des directeurs de la compagnie Bo Digital, dans le cadre de l’enquête sur l’achat d’équipements médicaux durant le confinement. Toutefois, l’organisme n’arrive à concrétiser ce souhait. Apparemment, Deepak Bonomally joue au chat et à la souris à la commission. Pas étonnant lorsqu’on sait que le petit Bonomally était un dribbleur de talent à l’époque où il était footballeur !

A Maurice, des millions de roupies à des firmes inconnues du secteur médical

Ainsi, alors que les défenseurs centraux pensent coincer le petit milieu de terrain à un endroit précis, voilà qu’il disparaît pour réapparaître quelques mètres plus loin. Au mois de septembre, Deepak Bonomally avait fait savoir, par l’entremise de ses avocats, qu’il serait souffrant.

Scandale pharmaceutique : tempête sur Jonathan Ramsamy, directeur général de la STC

Notons que Deepak Bonomally aurait des choses à dire, lorsqu’on sait que le secrétaire de Bo Digital et celui d’une autre compagnie qui a décroché des contrats sont une seule et même personne. Et que dans la compagnie en question, il y a des actionnaires liés à la société dont la belle-famille du directeur de la STC a des intérêts. Mais Deepak Bonomally n’est pas un mouchard. Ni un grand bavard du reste !

Rappelons que la firme de Deepak Bonomally avait touché un jackpot de Rs 300 millions en fournissant des équipements médicaux durant le confinement. Il s’agit de caméras thermales, des millions de masques et des lunettes jetables. L'Icac cherche à s’avoir si la compagnie de Bono est une « bogus company », comme dirait l’anglais.

 

Mardi 27 Octobre 2020


1.Posté par Karo le 28/10/2020 10:42
Quelle justice à Maurice??? NULLE!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.