Menu

Société

Scandale pharmaceutique : La fameuse directive qui dédouanerait Jagutpal


Rédigé par E. Moris le Samedi 25 Décembre 2021



Comme toutes les directives, elle porte un numéro et une date. Ici, c’est la directive n° 60 du 30 novembre. Ses dispositions, qui sont entrées en vigueur ce jour-là, ont trait à la procédure d’approvisionnement en urgence.

Et devinez quoi ! Le Senior Chief Executive d’un ministère a les pleins pouvoirs en ce concerne les achats en urgence. C’est une disposition sur laquelle Dalida Allagapen joue devant l’Icac et Kailesh Jagutpal devant les journalistes.

Elle est bien faite la vie ! Car en fin de compte, la directive stipule que dans le cas de l’allocation d’un contrat en urgence, le responsable du ministère, soit le Senior Chief Executive, doit évaluer le pour et le contre et décider de la manière d’obtenir un bon rapport qualité-prix.

Elle peut aussi décider de la façon de faire, de faire jouer la concurrence, d’étendre ou de modifier un contrat existant, d’avoir recours à des négociations concurrentielles ou, dans un cas extrême, d’allouer un contrat directement. Alors, si l’on peut, dans un premier cas de figure, penser à quelque chose de négatif pour Dalida Allagapen. Mais, cela pourrait bien jouer en sa faveur. Car, dans le pire des cas, on pourrait penser à une erreur de jugement. Ses bénéfices de retraite étant assurés, alors qu’on dise qu’elle est incompétente ou pas, qu’est-ce que cela change ? Qu’on pense qu’elle soit corrompue ou pas, qu’est-ce que cela change pour elle ?

Samedi 25 Décembre 2021


1.Posté par PETER KIPKA le 25/12/2021 16:32
Donc,sous la definition d'urgence,ils ont carte blanche.......donc il n'y a pas lieu de se gener,et ramasser des Millions en toute legalite ! Mais il fallait nous le dire d'entree .....maintenant on le sait ......

2.Posté par Seewoosagur le 25/12/2021 21:08
Quelle indignité que notre ti pays aux yeux du monde.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.