Menu


Politique

Scandale pharmaceutique : Boolell exige que les médicaments d'Hyperpharm Ltd «soient mis en quarantaine»


Rédigé par E. Moris le Lundi 15 Juin 2020

Les scandales rythment l’information et focalisent l’attention sur les excès d'un régime au pouvoir.



Lors de la PQN au sein de l'assemblée, Arvin Boolell a déclaré que des médicaments qui ne sont pas aux normes ont été livrés par la compagnie Hyperpharm à des hôpitaux par le biais d’appels d’offres effectués dans l’urgence. 

Selon le ministre de la Santé a confirmé des appels d’offres urgents effectués au niveau des hôpitaux en période de confinement. Depuis mars, sous cette procédure, le pays a acheté pour Rs 93,6 millions de médicaments. 

Le leader de l’opposition a allégué que dans un cas, l’offre de Hyperpharm Ltd, qui appartient à Arvind Bundhun de Saint Pierre, a été rejetée par le comité d’évaluation d’un hôpital mais malgré tout considérée après intervention au plus haut niveau.

S'appuyant de documents, il a évoqué des médicaments qui ne sont pas aux normes de l'organisation mondiale de la Santé (OMS), mais qui ont été achetés par le ministère auprès de Hyperpharm Ltd.

Le ministre de la Santé a reconnu qu’une enquête est en cours sur cette affaire, mais qu’à ce stade il est difficile de déterminer si c’est le fabricant ou le distributeur qui est responsable de la situation. 

En conférence de presse, Arvin Boolell s'est exprimé après la déclaration Ashvin Bundhun, directeur de Hyperpharm Ltd, concernant la Private Notice Question de ce lundi à l’Assemblée nationale.

Ashvin Bundhun a affirmé qu’il détenait un « certificate of analysis » et que ce document a été fourni au ministère de la Santé. Mais selon Arvin Boolell pour certifier la qualité d’un médicament il faut un « Certificate of pharmaceutical product ».

Le leader de l’opposition demande que ces médicaments soient « mis en quarantaine » et qu’un test soit effectué pour garantir leur qualité.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.