Menu



Sport

Scandale de voyeurisme au sein de la Fédération de Football mauricien, une enquête qui piétine


Rédigé par E. Moris le Lundi 4 Octobre 2021



Le monde du football figure parmi les nombreux scandales qui secouent l'île Maurice. Suite au scandale des enregistrements filmés dans les toilettes des femmes au sein de la Fédération de football, Stéphan Toussaint, le ministre de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs avait annoncé la suspension des allocations aux clubs et comités régionaux et l’interdiction aux stades de l’État aux clubs pour les entraînements et à la Mauritius Football Association pour les compétitions. Des effets sparadraps qui cachent un mal plus profond.

Il est au centre de la tempête. Si jusqu’ici, Samir Sobha, le patron de la Mauritius Football Association, pouvait jouer les matamores, depuis l’affaire de voyeurisme au sein de l’organisme, les choses ont changé. Sa position a été affaiblie.

Enquête de Romain Molina, journaliste d'investigation sportif sur le scandale qui secoue le foot mauricien

En même temps, le ‘Fact-Finding Committee’ mis sur pied par la Mauritius Football Association pour faire la lumière sur les allégations de voyeurisme au sein de l’organisme demande aux membres du public ayant des informations ou des preuves sur cette affaire de venir de l’avant. C’est l’avocat Joy Beeharry qui préside le FFC. Il a Me Adarsh Ramkissoon et Pamela Ramasamy-Somanah pour assesseurs. Depuis, comme les nombreux Fact Finding Committee qui trainent ici et là, le dossier a été relégué aux oubliettes.

Tout commence par une plainte pour voyeurisme à la police par la secrétaire administrative Mila Sinnasamy au sein de la Mauritius Football Association (MFA). Elle affirme qu'en allant aux toilettes réservées aux femmes, elle a remarqué un téléphone en mode enregistrement. Selon elle, il est clair que c’était pour filmer les personnes qui utilisaient les toilettes. 

Lundi 4 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.