Menu


Politique

Scandale à la centrale de St-Louis : Pravind Jugnauth au pied du mur


Rédigé par E. Moris le Jeudi 11 Juin 2020



Le leader de l’opposition, Arvin Boolell, a demandé au Premier ministre ce jeudi 11 juin, d’instituer une commission d’enquête sur le scandale allégué concernant les sanctions prises par la Banque africaine de développement (BAD) à l’encontre de Burmeister & Wain.

Arvind Boolell a également réclamé la démission du DPM et ministre de l’Energie Ivan Collendavelloo, du Chairman du CEB, d’un membre de l’Independent Review Panel, de l’Acting Director du CEB et des membres du board du CEB.

Rappelons que la Banque africaine de développement estime qu’il y a eu corruption dans l’achat et l'installation de quatre turbines de 15 MW pour une somme de Rs 4,3 milliards.

Pravind Jugnauth qui répondait à la Private Notice Question du leader de l'opposition Arvin Boolell a annoncé que Shamshir Mukoon, directeur général par intérim du Central Electricity Board s'est retiré de son poste, le temps de l'enquête sur les allégations de pots-de-vin.

Centrale de Saint-Louis : Qui au sein de l'administration mauricienne a eu la patte graissée par la firme BWSC?

Notons que Pravind Jugnauth a invité le leader de l'Opposition de lui communiquer toutes les informations qu'il détiendrait, face au refus et à la méfiance de la  BAD de communiquer les détails de son enquête au gouvernement. 

Que décidera le Premier ministre avec cet énième scandale qui éclabousse non seulement le gouvernement mais l'image du pays passablement écornée depuis que l'Union Européenne a placé Maurice sur liste noire ?

Va t-il fermer les yeux ou prendre à coeur l'intérêt du pays ? Le Premier ministre a affirmé que toute la lumière sera faite sur cette affaire et il n'y aura pas de cover-up ni de perception de cover-up. Affaire à suivre...


Lire également : Arvin Boolell réclame une commission d'enquête et la démission de Ivan Collendavelloo.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.