Menu



Justice

Sawmynaden avait ses relevés téléphoniques lors de son interrogatoire par la police


Rédigé par E. Moris le Lundi 7 Juin 2021



On se croirait dans un épisode de « Flics en délire ». Comment expliquer qu’en avril dernier, lorsque Yogida Sawmynaden a été interrogé par la Major Crime Investigation Team, il avait ses relevés téléphoniques en sa possession.

C’est grâce à une question du représentant du DPP que le pot-aux-roses a été découvert. Évoquant quelques différences entre le contenu de sa déposition et ce qu’il déclarait au tribunal de Moka, Me Azam Neerooa a demandé à l’ancien ministre d’expliquer comment ses réponses étaient aussi précises, à la minute près.

Yogida Sawmynaden a alors répondu qu’il avait ses relevés téléphoniques en sa possession. Ce qui a fait bondir Me Roshi Bhadain à sa sortie du tribunal. « Pourquoi Yogida Sawmynaden a eu ce privilège et pas les autres ? Même le représentant du DPP n’en croyait pas ses oreilles », a-t-il déclaré. Fait d'autant plus troublant, Yogida Sawmynaden, de son propre aveu, a affirmé que son Iphone n'avait pas de mémoire de plus d'une semaine. Pourtant l'ancien ministre a été questionné par la police au mois de janvier, soit plus de deux mois après la mort de Kistnen...

Et Roshi Bhadain de rappeler qu’en cour, un représentant de la police a annoncé qu’une demande d’un ordre de la cour a été faite pour obtenir les relevés téléphoniques de Yogida Sawmynaden. Cela, alors que, selon les aveux même de l’ancien ministre, la police avait fait une demande et lui aussi. La police et le DCP Jangi constituent réellement une farce.

Lundi 7 Juin 2021


1.Posté par PETER KIPKA le 07/06/2021 19:07
Ca tourne vraiment au comique..tout est bien orchestre..les vraies preuves sont effacees....une seule certitude..il y a eu assassinat....

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.