Menu


Politique

Saisie de légumes à Beau Vallon : Enquête sur un sergent et ses allégations contre le ministre Bobby Heeruram


Rédigé par E. Moris le Dimanche 19 Avril 2020

Le sergent Dhanraj Kumar Oolun, affecté au poste de police de Mahébourg, conteste la décision de son chef inspecteur de police, après une plainte déposée contre lui vendredi 17 avril.



Le chef inspecteur l’accuse d’avoir porté préjudice à un ministre, suite à une publication sur sa page Facebook. Publication dans laquelle, le sergent de police dit être en présence de renseignements selon lesquelles un ministre, sans mentionner son nom, de la circonscription numéro 12 serait intervenu alors qu'il verbalisait un marchand, qui selon lui, opéré sans permis et qui vendait ses légumes à un prix plus élevé que la norme.

Le sergent Oolun a été forcé de restituer les légumes au marchand après le coup de fil supposé au ministre.

L’officier en question conteste la plainte logée contre lui et réclame une enquête. Il est persuadé que le  marchand était en conversation avec le ministre lors de cette opération. Ce que réfute son chef qui explique, que c’est le Divisional Commander de la région Sud qui a ordonné que les fruits et légumes soient restitués au marchand et que ce dernier est détenteur d'un permis de planteur délivré par l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU).

De ce fait, le sergent de police, a à son tour fait une déposition hier soir contre le chef inspecteur. Il trouve surprenant que c’est le chef inspecteur qui porte plainte contre lui et non pas le ministre impliqué.

Une enquête est en cours sur les allégations du sergent, notamment vis-à-vis du ministre Bobby Heeruram.
 



1.Posté par KIPKA le 19/04/2020 08:58
Bravo,Sergent ! ! vous etes dans votre droit ! ne pas laisser passer ces magouilles,et peu importe,venant d'un ministre......et son Inspecteur va aussi gouter aux ordres illegaux.........La Justice,on ne veut que la justice ! ! !

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.