Faits Divers

Saisie de Rs 58 millions: Nazoolbee Bolaki provisoirement inculpée de blanchiment d'argent, retrouve la liberté

Mercredi 25 Juillet 2018

Le magistrat Kevin Moorghen, de la cour de district de Port-Louis Louis, a fait part de sa décision ce mercredi 25 juillet, dans le cadre de l’affaire des Rs 58 millions saisies chez les Bolaki et dans laquelle Nazoolbee Bolaki, est provisoirement inculpée de blanchiment d'argent.

Nazoolbee Bolaki a obtenu la liberté conditionnelle.

Elle devra s’acquitter de deux cautions de Rs 2 millions et devra signer une reconnaissance de dettes de 20 millions.

Elle doit également se présenter au poste de police de sa localité tous les jours, entre 6 et 21 heures.


L'affaire remonte au 1er juillet, le couple Mohammad Sameer Nobeeboccus et Bibi Annisah Bolaki, s’apprêtait à quitter le pays pour Shanghai. Ils ont été interceptés à l’aéroport de Plaisance avec Rs 3 millions par les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu). 

Bibi Annisah Boolaki avait des devises étrangères, des dollars et des euros, l'équivalent de Rs 1,8 million, dissimulés dans son cabas. À l’aéroport, elle n’aurait déclaré que Rs 523 506. 

Son époux Saleem, était aussi en possession d'argent non déclaré aux autorités mauriciennes. 

Après l’arrestation du couple, les hommes de l’ASP Tuyau se sont rendus au domicile du couple à Plaine-Verte pour une perquisition. Leur résidence se trouve dans un immeuble familiale de huit étages appartenant à la mère de Bibi Annisah Boolaki. Surprise ! Les policiers ont découvert plus de Rs 50 millions dissimulés dans des coffres et des valises.  

Sept membres de la famille Boolaki ont été interpellés : Bibi Nazoolbee Bolaki (la mère), son époux Utteenum Iqbal, deux autres filles du couple et le gendre.  

Nazoolbee Bolaki a retenu les services de Mes Nadeem Hyderkhan, Shakeel Mohamed, Hishaam Oozeer et Arshaad Inder.

A lire également : 

https://www.zinfos-moris.com/L-inspecteur-Tuyau-contre-la-mafia-organisee_a185.html

Rédigé par E. Moris le Mercredi 25 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.