Menu

Faits Divers

Sabotage de la piste du Champ-de-Mars : Un vigile de PTP en état d'arrestation


Rédigé par E. Moris le Lundi 3 Octobre 2022

De mémoire dans l'histoire des courses hippiques à l'île Maurice, la tentative de saboter la piste du Champs de mars est inédite. L'introduction d’objets susceptibles de sévèrement blesser, voire de conduire à l'abattage d’un ou plusieurs chevaux en cas extrême est délibérée, criminelle et d’une grande cruauté.



La découverte faite par les employés du Mauritius Turf Club (MTC) sur la piste du Champ-de-Mars peu avant le début des courses hippiques le samedi 1er octobre est un acte délibéré. Des pièges faites de barres de fer et des clous, ne laissent aucun doute sur un acte planifié. Mais dans quel but ?

Ce n'est un secret pour personne qu'il existe entre la direction du MTC et le People’s Turf Club (PTC) une guerre larvée. Les deux ont porté une plainte à la police. Lire le communiqué de la MTC. Animant une conférence de presse, le responsable de la People’s Turf Club, Khulwant Ubheeram maintient que le PTC suit de près la situation et n’a absolument rien à faire avec cet acte malveillant. Une somme de Rs 50 000 a été mise sur la table afin de retrouver les ou les coupables au plus vite.

Entre-temps, une personne a été arrêtée par la police au moment où il animait sa conférence de presse. Sanjeev Kistopersad qui travaille comme vigile à l’hippodrome pendant certaines journées de courses est état d'arrestation. En visionnant les enregistrements des caméras Safe City installées autour de l’hippodrome, cet habitant de Tranquebar, a été identifié par un témoin comme étant celui qui transportait un seau noir. L'individu n'est pas un inconnu des services de police. Il a déjà fait l'objet d'un inculpation pour agression avec préméditation. Cet agent de sécurité travaillant à temps partiel pour le compte de People's Turf Plc Ltd. L’enquête se poursuit.
 

Lundi 3 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.