Menu


Société

Sabordage du Wakashio : Au tour de Valayden d'exiger l'arrêt des opérations


Rédigé par E. Moris le Jeudi 20 Août 2020



Les autorités ont agi avec un temps de réactivité incompréhensible en ce qu’il s’agit d’intercepter le navire MV Wakashio et son naufrage mais ils savent déployer leur toute puissance pour couler l’épave...et rapidement!

Après le travailleur social Bruneau Laurette, Greenpeace International, Reuben Pillay, c’est au tour de Me Rama Valayden de s’engager contre le sabordage de la partie avant du Wakashio au large des côtes mauriciennes. 

Dans une lettre adressée à Pravind Jugnauth, ce jeudi 20 août, Me Rama Valayden demande au Premier ministre (PM) de cesser l’exercice de sabordage du vraquier battant pavillon panaméen, en attendant les opinions des experts internationaux afin «de ne pas devenir la risée de tous les militants écologistes». 

Me Rama Valayden ajoute par ailleurs que le sabordage du navire risque de déboucher «sur une plainte contre la République de Maurice sous la Convention on the Prevention of Marine Pollution by Dumping of Wastes and other Matter 1972 ».

Rappelons que l’organisation internationale de Greenpeace a averti le gouvernement mauricien contre le sabordage du Wakashio : «De toutes les options disponibles, le gouvernement mauricien choisit la pire. Le naufrage de ce navire met en péril la biodiversité et contaminera l'océan avec de grandes quantités de toxines de métaux lourds, menaçant également d'autres zones, notamment l'île française de La Réunion. Les Mauriciens n'avaient rien à gagner à la traversée du MV Wakashio et sont désormais priés de payer le prix de cette catastrophe. Plus de pollution met en péril l’économie mauricienne basée sur le tourisme et leur sécurité alimentaire à base de poisson. Greenpeace Afrique.»
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.