Menu


Société

Sabordage du Wakashio : Attention à la propagande gouvernementale !


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Août 2020



"A small piece of a broken ship dumped around 2000m underwater made 'you' think that it will affect whales nursing ground?! No it won't... The reality about various artificial structures are different, it is helping to regenerate marine life in Mauritius."

Ces propos sont de Nadeem Nazurally, jeune biologiste et doctorant à l'Université de Maurice, qui a déclaré sur les réseaux sociaux : « L’épave dépolluée du Wakashio servira d’habitat pour les espèces marines ». Comme une bouée dans l'océan qui dérive, les "chamchas" du régime au pouvoir partagent, avec une certaine irresponsabilité et insouciance, cette publication.

Tout comme la page "Mobilisation Nationale Wakashio" créée lors de la catastrophe écologique où "L'eau est claire, l'eau est bleu...lueur d'espoir..." nous dit les membres du gouvernement et leurs conseillers, ce sont des méthodes digne d'un matraquage dans l'opinion publique.

Le 18 août, le magazine américain Forbes s’interroge sur la décision des autorités mauriciennes de couler l’épave du MV Wakashio à 8 milles nautiques des côtes mauriciennes. Selon le journaliste, cela pourrait être une menace pour les baleines et les thons qui viennent s’accoupler dans nos eaux.

Nadeem Nazurally soutient que le fer rouillé n’a aucun impact sur la régénération marine. Au contraire, les structures artificielles nettoyées de matières polluants servira d’habitat pour les espèces marines, les algues, les coraux et les poissons, observe le scientifique.

Il prend pour exemple un tout petit bateau échoué à 25 mètres de profondeur à Trou-aux-Biches et affirme que la présence des cétacés dans nos eaux, se trouve au nord de Maurice et ne dépasse pas 60 mètres de profondeur. Sauf que le Wakashio mesure près de 300 mètres de long et pèse plus de 100 000 tonnes ! 

Maurice : L'émission Envoyé spécial parle de la société la "plus secrète au monde"

De son côté, Happy Khambule, responsable principal de la campagne climat et énergie de Greenpeace Afrique, a déclaré: "De toutes les options disponibles, le gouvernement mauricien choisit la pire. Le naufrage de ce navire mettrait en péril la biodiversité et contaminerait l'océan avec de grandes quantités de toxines de métaux lourds, menaçant également d'autres zones, notamment l'île française de La Réunion."

Nous invitons Nadeem Nazurally à prendre connaissance de cet article Greenpeace warns against the sinking of MV WAKASHIO into the Indian Ocean
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.