Politique

SAJ : « Merci à l’Union africaine »

Mercredi 12 Septembre 2018

Le ministre mentor a évoqué le dossier Chagos durant la rencontre conférence de presse donnée par le Premier ministre en début d’après-midi.

Il a remercié chaleureusement l’Union africaine pour la position qu’elle a prise sur ce dossier devant la Cour internationale de justice de La Haye. Sir Anerood Jugnauth a exprimé sa fierté que le pays a pu rallier « autant de soutien » sur cette cause. 

La Grande-Bretagne, a-t-il ajouté, « se trouve aujourd’hui isolée ». Évoquant les soumissions orales devant l’organisme judiciaire onusien, SAJ a déclaré que les États-Unis n’ont pas montré « autant de conviction » qu’on aurait pu penser sur ce dossier.

Il a rappelé qu’il a toujours été optimiste quant au combat qu’il avait initié. « Mais j’ai enclenché cette lutte après mûre réflexion. Ce n’est pas quelque chose qu’on enclenche sans réfléchir aux conséquences. On se battait contre deux puissances », a-t-il déclaré. 

Les Britanniques et les Américains, a précisé SAJ, ont toujours prétendu défendre les grands principales. Mais dans la réalité, c’est uniquement lorsque cela sert leurs intérêts. « Quand ils ont su que nous allions porter l’affaire devant les Nations-Unies, des représentants britanniques et américains sont venus me voir. Ils ont utilisé un langage rude à mon encontre. Ils ont menacé le pays de représailles. Maurice serait ruiné », a-t-il indiqué. 

La philosophie de ces deux puissantes, a souligné sir Anerood Jugnauth, est que la force est la loi (Might is Right). Il a rappelé que c’est lui qui a permis au pays d’accéder au statut de République. « Le destin a voulu que je participe à la conférence pour l’indépendance et c’est lui toujours qui a voulu que je mène le combat pour la récupération des Chagos », a-t-il affirmé.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 12 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.