Menu



International

Royaume-Uni : Les Chagossiens détenteurs de passeports britanniques priés de quitter le pays


Rédigé par E. Moris le Lundi 29 Juillet 2019



The Guardian a publié un article en ligne, le 28 juillet contenant des témoignages et e-mails internes des autorités anglaises dans un scandale qui secoue le gouvernement britannique depuis des mois.

Les Chagossiens détenteurs de passeports britanniques, vivant en Angleterre sont victimes du « Windrush scandal » et sont priés de quitter le Royaume-Uni.

Le journal anglais The Guardian annonce que le gouvernement du Royaume-Uni fait pression pour que les membres de la communauté chagossienne, détenteurs du passeport britannique, soient expulsés du pays. 

L’article met en exergue la pression du gouvernement de la Grande-Bretagne contre les membres de la communauté chagossienne détenteurs du passeport britannique. « British passport holders from the Chagos Islands are being systematically targeted in a ‘shameful’ attempt to have them removed from the UK by Council Officers ».

Une hostilité du gouvernement britannique envers les Chagossiens et leurs descendants dans uen stratégie qualifiée de « persécution honteuse » par The Observer, cité par The Guardian.

Le Royaume-Uni sommé de rendre les Chagos à Maurice

On y apprend que de nombreux Chagossiens, résidents à Crawley, West Sussex, font face à une campagne d’intimidation pour les pousser à quitter le pays. Des fonctionnaires du Council auraient été agressifs envers ceux qui sollicitaient une assistance logement du gouvernement. L’administration locale aurait même proposé de payer leurs billets d’avion pour Maurice ou les Seychelles.

Pour rappel, la communauté chagossienne en Angleterre est d’environ 3 000 personnes qui, pour la plupart, vivent à Crawley. En 2002, les natifs de l’archipel ont obtenu le droit à un passeport britannique.

Lire l'intégralité de l'article de The Guardian en cliquant...


 

Lundi 29 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.