Menu


Politique

Roshi Bhadain affirme que le contrat de la Smart City à Trianon est un nouveau "Betamax"


Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Juin 2019

Les interventions de Roshi Badhain continuent d'alimenter l'actualité, l'ex homme fort du gouvernement de Pravind Jugnauth, n'hésite pas à dénoncer les scandales en cours, quitte à éclabousser un peu tout le monde.



Lors de sa conférence de presse, le samedi 22 juin, c'est document à l’appui, que Roshi Bhadain leader du Reform Party, a révélé, qu’Hermès Developments Ltd a, le 13 juin dernier, obtenu un permis de construction de la mairie de Quatre-Bornes pour l’aménagement d’une Smart City à Trianon.

Or dit-il, ce permis avait d’abord été refusé par la mairie qui avait demandé un «amended plan» pour y inclure un «jogging track». Mais selon Roshi Bhadain, le Prime Minister’s Office (PMO) aurait fait pression.

Ce que dément Madame le maire de Quatre-Bornes, Soolekha Jepaul-Raddhoa également présidente du Permit and Business Monitoring Committee. " Ça ne marche pas comme Bhadain le présente. C’est de la démagogie politique. C’est faux, il n’y a eu aucune rencontre au PMO au sujet d’Hermès."

Roshi Bhadain a rappelé que c'est le groupe Nundun Gopee qui a obtenu un terrain de 1000 hectares pour la Smart City, alors que le projet Heritage City à Highlands a été entériné en raison des risques liés à la proximité avec Bagatelle Dam.  
 
Selon lui, c'est un nouveau scandale, alors que c'est le même groupe Nundun Gopee qui aurait décroché le contrat pour les travaux de l’hôpital ENT au coût de plus de Rs 500 millions, de rénovation des infrastructures sportives existantes dans le cadre des Jeux des îles. 

Le leader du Reform Party a aussi abordé la request for proposal pour l’aménagement de l’Urban Terminal à Rose-Hill dans le cadre du projet Metro Express. Pire, il évoque une situation similaire que Betamax. L'ancien ministre de la Bonne Gouvernance a relevé des contrats au profit d’un seul soumissionnaire, en l’occurrence RHT : Uber et feeder buses pour le Metro Express.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.