Politique

Roshi Badhain «Mo lespri, mo léker, mo trip pou ou.»

Vendredi 21 Septembre 2018

Vendredi soir lors d'un congrès du Reform Party au Centre Alex Vellin à Beau-Bassin, Roshi Badhain s'est fait plaisir et à régler quelques comptes.


Roshi Badhain «Mo lespri, mo léker, mo trip pou ou.»
Après sa défaite en décembre, le leader du Reform Party a fini par quitter la circonscription no 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) pour le no 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière). 

«Un privilège pour moi de travailler au no 20. Ici, les gens ne sont pas des 'roder boute'»

L'ex-ministre des Services financiers s'est opposé à la proposition du gouvernement pour une Assemblée nationale à 81 députés.

Selon ses calculs, l'Etat devra débourser Rs 1 milliard chaque cinq ans pour payer les 81 élus. Il indique qu'un député touche Rs 157 000 par mois alors qu'un ministre obtient lui Rs 330 000 mensuellement. 

Il s'oppose également à ce que les leaders politiques choisissent les 12 candidats qui seront élus à la proportionnelle et les six députés correctifs qui seront repêchés grâce au Best Loser Seats.
« Eski enn dimoune ki pas finn éli kom Premier ministre gagne droit alle sanz nou konstitision ? Nepli lepep ki swazir. Kot demokrasi ? »
Le leader du Reform Party a réclamé la démission du Premier ministre et invite celui-ci à donner des élections, tout en lançant un appel également aux leaders de l'opposition.

«S’il a vraiment à coeur l’intérêt de Maurice, qu’il arrête de traîner le poste de Premier ministre dans la boue». Faisant implicitement référence à l’affaire MedPoint, qui sera entendue devant le Privy Council le 15 janvier 2019.

Quelle ironie alors que ce même Badhain avait défendu Pravind Jugnauth bec et ongles dans cette affaire !
 
L'ex-député du no 18 a critiqué le leader du MMM, Paul Bérenger et réagissait aux rumeurs d’une alliance avec le MMM.
«Kan zamalak pé gréné lor sa pié-la, nou nou pa intérésé al laba nou.» «Ou pe rode lalians ek MSM. Si MMM all tou sel mor, plat»




 

Rédigé par E. Moris le Vendredi 21 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.