Menu

Faits Divers

Rose-Hill : La chanson « Polico Crapo » à l’adresse d’un policier donne lieu à des réactions musclées


Rédigé par E. Moris le Mercredi 31 Août 2022



Le tube de 666 Armada, Frog Polico Crapo cartonne, surtout depuis l’arrestation de Raquel Jolicoeur, terroriste présumé avec ses deux bâtonnets d'explosif et qui voulait faire péter le Parlement et les Casernes centrales. Chacun pousse la chansonnette et dans les cours de récré, c'est aussi la folie. Les paroles des chanteurs, 666 Armada, Swankipakitoke ou Killabone, qui dénoncent les policiers, et leur façon de procéder lors des arrestations arbitraires, sont repris et chantés avec un bel enthousiasme.

A la gare de Rose-Hill où des collégiens auraient fait preuve d'un comportement agressif, la police sur les lieux, a embarqué de force un des jeunes au poste de police. Selon la version de l’adolescent, ses ennuis auraient commencé lorsqu'il s'est mis à chanter les paroles de la chanson « Polico Crapo » à l’adresse d’un policier. Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux agite la Toile. On y voit un policier qui tant bien que mal tentait de "raisonner" le jeune homme. Le collégien de 17 ans compte par ailleurs porté plainte à l’Independent Police Complaints Commission (IPCC) pour brutalité policière ce mercredi, selon une déclaration de l’activiste social Ivann Bibi.

Rappelons que ce n'est pas la première fois que la chanson « Polico Crapo » débouche sur des allégations de brutalité ou torture par la police. En juin dernier, un marchand de glaces allègue avoir été brutalisé et torturé par des officiers de la brigade antidrogue à Rose-Belle, alors qu’il écoutait la chanson « Polico Crapo » dans son véhicule. Étrangement, la chanson jouait lorsqu’il est arrivé à hauteur des locaux de la brigade antidrogue. Là, deux officiers se sont approchés du véhicule et ont commencé à le frapper à coups de pied. Il soutient avoir reçu des coups sur tout le corps. Un troisième policier est intervenu. Il lui aurait reproché d’avoir voulu se payer la tête de la police. Selon le marchand, il aurait été traîné à l’intérieur des locaux où il a continué à être battu.

 

Mercredi 31 Août 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.