Menu


Politique

Révoqué, Ivan Collendavelloo déclare : « Evidemment je n’ai plus le soutien du Premier ministre »


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Juin 2020



Sur les ondes d'une radio privée, le 19 juin, Collendavelloo avait pourtant déclaré : « Je ne vais pas vous dire d’aller lui demander vous-même ! Je vous réponds oui. J’ai le soutien du Premier ministre ! »

Trois jours avant, à l'Assemblée nationale, droit dans les yeux, l'avocat Collendavelloo plaidait pour se défendre contre des allégations de pots-de-vin concernant l'installation des turbines à la Centrale de Saint-Louis. L'ex no2 du gouvernement entre flatterie envers le leader du MSM avait fait l'historique qui a commencé sous l’ancien régime, tout en insistant qu’il a les mains propres. 

Selon Ivan Collendavello la Banque africaine de développement a enquêté sur cette affaire depuis 2014, alors qu’il n’était pas au gouvernement, donc bien avant les élections générales de 2014.

En conférence de presse, hier, Ivan Collendavelloo a indiqué que le Premier ministre lui a demandé de step down, mais qu’il n’était pas d’accord pour le faire sur des « sur des éléments frivoles ».

Il a indiqué que le Premier ministre lui a montré un document en provenance de la BWSC dans lequel il est indiqué que certains employés, sanctionnés de corruption, ont donné de l’argent à des dirigeants de firmes mauriciennes pour corrompre des politiciens locaux afin d’avoir des informations confidentielles. 

Le document, selon Ivan Collendavelloo, mentionnait deux noms.

Le sien et celui de Paul Bérenger, alors leader de l’opposition. Néanmoins, l’ancien no 2 soutient qu’il n’est pas dit que Paul Bérenger et lui ont pris de l’argent, combien a été remis et comment la transaction a été faite. « De gros montants, comme Rs 50 millions et Rs 100 millions, sont évoqués dans le document », a-t-il souligné.

Le Muvman Liberater de plus en plus isolé.

Ce parti, crée à la veille des législatives de 2014, par un groupe de dissidents du MMM, n’a plus aucun représentant au cabinet. Son avenir se résume aux deux autres membres parlementaires, Ismaël Rawoo et Zahid Nazurally. Rappelons que de son côté, Ivan Collendavelloo a affirmé hier, que le bureau politique de son parti se réunira pour décider de la marche à suivre.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.