Menu

Société

Rétropédalage de Jagutpal sur la vaccination : «À aucun moment, le GM n'a pris la décision de rendre les vaccins obligatoires»


Rédigé par E. Moris le Dimanche 11 Avril 2021



Lors du point de communication quotidien du National Communication Committee qui tourne véritablement à la farce où les questions sont triées et sponsorisées par un organisme de téléphonie, le ministre de la Santé Kailesh Jagutpal, hier, samedi 10 avril, ne cesse d'étonner dans sa volonté de dire tout et son contraire.

Répondant à une question de la presse, selon lui, « les vaccins sont effectués sur une base volontaire » et d'insister qu'à « aucun moment, le gouvernement n'a pris la décision de rendre les vaccins obligatoires ». 

Des voix dissonantes se font entendre. La vaccination pour les détenteurs de Work Access Permit est dénoncée par Rezistans Ek Alternativ

Un rétropédalage qui fait sûrement suite aux nombreuses interrogations à travers le monde concernant le vaccin AztraZeneca et la pénurie de vaccins dans le pays. Kailesh Jagutpal a ajouté que le vaccin est une protection que le gouvernement offre à la population mais oublie de souligner qu'un formulaire de consentement très controversé est souscrit aux Mauriciens. 

Rappelons tout de même, si la mémoire fait défaut au psychiatre qui va finir par rendre tout le monde un peu fou, que ces deux compères Gaud et Joomaye, n'ont cessé d'inciter les Mauriciens dans des séances d'hypnoses et dans une ambiance anxiogène que la vaccination si elle n'est certes pas obligatoire était une responsabilité de vie ou de mort.

Une population prise en otage avec le Covaxin

Pour inciter les Mauriciens à se faire vacciner, les artistes et sportifs ont été invités à recevoir la première dose de Covaxin. L'épouse du Premier ministre, Kobita Jugnauth et l'ambassadrice de l'Inde à Maurice se sont elles aussi prêtées au jeu du service après-vente en se vaccinant devant les caméras.

 

Dimanche 11 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.