Menu

Société

Restriction des lieux de culte : le Conseil des religions est mécontent


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Novembre 2021



Il faut le faire ! C’est un véritable exploit de mécontenter le Conseil des religions. Ses vénérables membres sont tellement modérés qu’on aurait l’impression qu’ils sont tous disciples du Dalaï Lama.

Mais passons ! La restriction imposée aux lieux de culte, qui ne peuvent accueillir que 10 fidèles pour les prières, a provoqué la colère des religions. Certes, on pourrait se dire que du moment que Dieu n’est pas en colère ! Mais attention tout de même… À trop tirer le corde, on pourrait endommager l’habit des religieux.

Ce que nos hommes en robe n’acceptent pas, c’est que pour un mariage ou des funérailles, le même lieu de culte peut accueillir jusqu’à 50 personnes. Mais pour des prières, c’est 10. Allez expliquer cela à Dieu ! Sur ce plan, il aurait fallu une certaine cohérence. Mieux, le père Gérard Mongelard l’avait bien expliqué dans une vidéo où il critiquait cette mesure en particulier. Il affirme que pour une prière dans l’église, 10 fidèles seulement sont autorisés. Mais si le prêtre sort de l’église et se retrouve sur l’asphalte, la même prière peut se faire avec 50 personnes.

Difficile de dire si 50 personnes accepteront d’aller sur le coaltar pour une prière. Mais ce qui est intéressant, c’est que les religieux campent sur leur position. Estimant avoir le soutien de Dieu, ils ont rencontré le Premier ministre adjoint, Steven Obeegadoo. L’histoire ne dit pas si la rencontre a démarré par une petite prière, mais ils espèrent que le gouvernement va revoir sa copie. Comme le dit Nissar Ramtoolah, ils ne vont pas céder. Mais vont combattre dans le dialogue. Ah, il est loin le temps où, en criant simplement que dieu est de son côté, les gens menaient des croisades et des jihads.

Jeudi 18 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.