Menu



Société

Reporters sans frontières épingle l'île Maurice et le gouvernement dans son dernier classement


Rédigé par E. Moris le Mardi 20 Avril 2021



Maurice perd cinq places sur le classement Liberté de la presse 2021 de Reporters sans frontières. Le pays se classe à la 61e place contre le 56e rang l’année dernière sur 180 pays.

C’est le chapitre concernant Maurice qui est très intéressant. « Maurice a beau être l’un des pays africains salués comme des modèles de démocratie et de respect des droits humains, le paysage médiatique y est fortement polarisé et reste très marqué par l’influence des personnalités du monde politique ou économique qui en assurent le financement ou la promotion », souligne l’organisme. 

Et Reporters sans frontières de dénoncer le fait que la radio télévision nationale et les médias proches du pouvoir versent très souvent dans la propagande et que ceux plus favorables à l’opposition sont susceptibles d'être mis à l'écart. 

Il revient en long et en large sur le boycott systématique subi par l’express et Top FM suite à la marée noire de juillet 2020. Reporters sans frontières rappelle que les journalistes de ces deux médias n’avaient pu assister aux conférences de presse du Premier ministre sur le sujet. 

Reporters sans frontières dénonce parfois le sensationnalisme, voire les dérives déontologiques, de certains médias. Ce qui nuit à la qualité des informations produites. 

Et l’organisme de dénoncer l’Independent Boradcasting Authority. Il affirme que « le manque d’indépendance de l’organe de régulation ne contribue pas à l’émergence d’un journalisme de qualité ». Car les sanctions ciblent très souvent les médias proches de l'opposition, comme en décembre 2020, lorsqu'une radio a écopé d’une interdiction de diffusion de 72 heures après qu’un syndicaliste a qualifié le Premier ministre indien Narendra Modi de « raciste ».

Mardi 20 Avril 2021


1.Posté par Gramoune le 20/04/2021 19:10
Tout Mauricien a compris que le mot "Démocratie" est maintenant à mettre
dans le langage du 19ème siècle, et qu'aujourd'hui à Maurice, ce qui compte,
c'est le business - bien sûr seulement pour quelques familles ou clans...

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.