Menu



Société

Reportage biaisé de la MBC : Le droit de réponse de l'Eglise


Rédigé par E. Moris le Vendredi 20 Novembre 2020



Le Diocèse de Port-Louis avait gentiment demandé un droit de réponse. Mais la MBC, forte de son arrogance et de la petitesse d’esprit de son directeur général par intérim, Anooj Ramsurrun, avait refusé.

C’est fois, la station de radiotélévision nationale a eu l’obligation de donner un droit de réponse à l’église catholique. Une décision de ’Independant Broadcasting Authority qui estime que la Mauritius Broadcasting Corporation a fauté dans son reportage diffusé le 3 juin dernier. Il concernait les squatteurs.

Dans le reportage, des personnes ont été interviewées en train de demander à l’Eglise et aux sucreries de donner des lopins de terre aux squatters. Ce qui était resté en travers de la gorge des dirigeants du diocèse. Le père Jean Maurice Labour, vicaire général, avait demandé un droit de réponse à la MBC dès le lendemain. 

Trois minutes au diocèse pour sa réplique.

Le père Jean-Maurice Labour, vicaire-général, lors de son intervention sur la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC),  jeudi soir dans le journal télévisé (JT) de 19h30 a mis les choses au claires concernant le rôle de l'Eglise au sein de la société mauricienne.

« Legliz abitie angaz-li dan le social dan tou bann domaine kouma la drog, kouma SDF. Koumadir langazman sosial legliz pa rekonet. Legliz enn partner e non pa enn konkiran l'eta, li panvi pran place l'eta, nou ni roder bout, ni pran plas l'eta. Nou mars ansam pour le plus bien-être des pauvres. Legliz li pou larmoni sosial, pa badinn ek tisi sosial frazil legliz ».

 

Vendredi 20 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.