Menu


Politique

Règlements de comptes entre Rajesh, Ivan et Alan


Rédigé par E. Moris le Lundi 15 Juin 2020



« Qui a trahi trahira », « Je n’aime pas les transfuges »

Lors de son intervention sur le budget, Rajesh Bhagwan n’est pas allé de mainmorte. Il s’est évidemment attaqué à Ivan Collendavelloo, l’accusant de faire honte à la classe politique et l’invitant à démissionner. 

Il devait même souligner à plusieurs reprises la phrase « autres temps, autres mœurs », faisant référence au fait qu’en 1989, le même Ivan Collendavelloo n’avait pas hésité à démissionner pour une histoire de signature. Puis, Rajesh Bhagwan s’est attaqué à Alan Ganoo et les anciens MMM qui se trouvent sur les bancs du gouvernement. 

Indiquant qu’il n’a jamais trahi le MMM, qu’il doit tout aux mauves et à son leader et qu’il est fier d’être dans l’opposition, il a tiré à bout portant sur Alan Ganoo, l’accusant d’être un « transfuge », un « caméléon ». 

Ce discours est resté en travers de la gorge d’Alan Ganoo qui a succédé à Rajesh Bhagwan au micro. Et la réplique du berger à la bergère ne s’est pas fait attendre. Alan Ganoo a indiqué qu’il a quitté le MMM parce qu’on tentait de lui mettre sur le dos l’alliance infâme entre les mauves et les rouges en 2014.

Il a souligné qu’il n’était que « l’envoyé spéciale » de son leader d’alors, qu’il servait loyalement. À Rajesh Bhagwan, Alan Ganoo a précisé qu’il ne s’est « jamais promené avec une lettre de démission dans la poche » et qu’il n’a jamais envoyé « deux autobus remplis de monde » devant la porte du leader pour obtenir un poste de ministre. 

Alan Ganoo a aussi déclaré qu’il n’avait aucune honte à se retrouver aux côtés du MSM car le MMM aussi a négocié avec le Parti Orange, mais le deal n’a pas été conclu en raison des demandes et ambitions trop grandes.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.