Menu

Société

Record du monde au stade Anjalay : Opération de com' « boule devire »


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Janvier 2023



Jamais un record du monde n'aura eu autant de mauvaises publicités sur les réseaux sociaux. Le mardi 24 janvier était pourtant à marquer d'une pierre blanche pour l'île Maurice. Le pays est entré dans le livre des records de Guinness. Grâce à 6 145 collégiens, Maurice a pu battre le record du monde du plus grand drapeau national à l'aide d'une chaîne humaine.

Si le pays souhaitait une large communication à travers les réseaux sociaux, c'est réussi mais pour les mauvaises raisons. Les jeunes participants qui ont passé la journée sous la pluie dans le « grand élan patriotique » et au service du pays, selon le Premier ministre, ont reçu pour le déjeuner du pain avec du bringelle brûlée (en plus) et pain, du riz et du margoze. Beaucoup se sont lâchés sur Tik Tok et sur Facebook. Ils dénoncent ce manque de considération. Ils ne sont pas en reste, les profs aussi ! Les réseaux sociaux ont été inondés de photos de sandwichs avec des garnitures improbables. Le grand drapeau a été...éclipsé. 

Ce genre de collation comme déjeuner, c'est inacceptable pour des adolescents qui ont aidé à établir un record du monde. Ce qui nous amène à d'autres questions. Combien l'État a payé pour le catering ? Qui a bénéficié du contrat ? Est-ce que le Premier ministre et le ministre des Arts et du Patrimoine étaient au courant que les collégiens dont ils étaient si fiers allaient obtenir ce menu ? Qui a empoché combien dans toute l'histoire ? Quel était le menu du buffet pour les VIP ?

Teeluck au lieu de fanfaronner a des comptes à rendre car une autre fausse note s'est invité à la fête. Sur le certificat brandi fièrement par Teeluck, connu désormais comme ministre "margoz" et le Premier ministre, il est écrit "Belle Rue Harel" au lieu de "Belle Vue Harel" ....

Record du monde au stade Anjalay : Opération de com' « boule devire »

Mardi 24 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.