Politique

Recensement ethnique : La sortie diplomatique de Collendavelloo contre l’église catholique

Jeudi 25 Octobre 2018

Une gifle en douceur ! À l’inauguration d’une station d'épuration à Pailles ce jeudi, le ministre des Utilités publiques s’en est pris en douceur au Comité diocésain 1er février qui avait réclamé, hier, un recensement où le critère ethnique sera considéré.

« Je ne comprends pas ce que l’Église appelle un recensement ethnique », a déclaré Ivan Collendavelloo en réponse à une question des journalistes. Et d’ajouter : « Il y a toutes sortes de sections de la population au sein la religion catholique. Comment dans ce cas effectuer un recensement ethnique ? » Et de conclure que le père Labour doit venir expliquer « qui doit être recensé au sein de l’église catholique ». 

Si Ivan Collendavelloo prétend ne pas comprendre la demande du Comité diocésain 1er février, celle-ci en tout cas a ravi le leader de l’opposition. Ce dernier a réagi le jour même à cette demande pour un recensement ethnique.

Xavier-Luc Duval dit accueillir favorablement cette décision, arguant que beaucoup de pays dans le monde ont recours à un recensement ethnique afin de s’assurer que l’égalité des chances soit respectée, notamment l’Inde, les États-Unis et l’Europe. 

Rappelons que le Comité diocésain 1er février avait, face à la presse mercredi matin, réclamé un recensement ethnique. Le père Jean-Maurice Labour, vicaire général et membre du comité, avait indiqué qu’il était temps d’évoquer ce sujet.

Il a précisé qu’il existe une situation à Maurice où « les minorités n’ont pas leur place et qu’il faut laisser la liberté aux personnes de déclarer leur propre identité ». Pour lui, il faut faire attention, sous prétexte du mauricianisme, « de ne pas étouffer certaines composantes de la nation arc-en-ciel ».

Il est allé jusqu’à préciser qu’il faut « valoriser les différentes couleurs et non les mélanger ». D’autant, avait-il souligné, que «les minorités d’hier ne sont plus les minorités d’aujourd’hui.»

Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.