Menu

Santé

Rapport du PAC : Zoom sur les failles de l’allocation des contrats durant le confinement de 2020


Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Mars 2022



Il semble que c’était le ministre du Commerce qui gérait la Santé durant le premier confinement. Du moins en ce qui concerne l’allocation des contrats pour l’achat d’équipements médicaux et des médicaments.

C’est la conclusion à laquelle on peut parvenir à la lecture du rapport du Public Accounts Committee, qui a été publié hier. C’est son deuxième durant le présent mandat. Le rapport revient en détails sur l’allocation de ces contrats. Le PAC évoque un officier du ministère du Commerce qui soutient avoir « reçu des instructions verbales » de son ministre pour allouer un contrat concernant l’approvisionnement des tests rapides et deux équipements.

Le rapport souligne que des contrats d’une valeur de Rs 1,7 milliard ont été alloués. Mais la Santé n’était responsable que de 35% de ces contrats. C’était le ministère du Commerce qui s’est occupé des 65% restants à travers la State Trading Corporation. Le rapport souligne qu’il n’y a pas de documents concernant les contrats alloués par le High Level Committee. Comment est-ce possible ?

Les organismes, soulignent le rapport, ne faisaient qu’agir comment des agents pour le paiement. Le rapport insiste aussi sur le fait que plusieurs compagnies ont obtenu des contrats pour la fourniture d’appareils médicaux alors qu’elles ne sont pas des fournisseurs agrées et n’ont jamais été impliquées dans le commerce de tels produits.

Jeudi 17 Mars 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 17/03/2022 20:22
Sa bouche ne me revient pas.

2.Posté par Caro le 18/03/2022 06:55
RAPPORT DU PAC : ZOOM SUR LES FAILLES DE L’ALLOCATION DES CONTRATS DURANT LE CONFINEMENT DE 2020
S il n y avait que ça, mais la liste est trop longue, magouilles, corruptions en tous genres

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.