Menu


Politique

Ramgoolam passe en revue les transactions immobilières de Pravind Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Samedi 7 Novembre 2020



Style présidentiel ! Qui plus est avec le leader de l’opposition assis, comme un simple membre… Navin Ramgoolam avait des choses à dire ce samedi sur Angus Road. Il a tenté de reprendre la main et de voler, un tantinet le dossier à Roshi Bhadain. Ainsi, il est revenu sur les liens entre Pravind Jugnauth, Alan Govinden et la société Heinemann, qui avait décroché des contrats pour fournir des produits à la Mauritius Duty Free Paradise. 

Pour le leader du PTr, il y a eu des commissions qui ont été payées. Il a carrément accusé Pravind Jugnauth d’en avoir été le ou l’un des bénéficiaires. Pour Navin Ramgoolam, il s’agit d’un méga scandale et le silence de Pravind Jugnauth sur le sujet est assourdissant. 

Navin Ramgoolam soutient que le Premier ministre doit démissionner afin de permettre à l’Icac de mener son enquête en toute indépendance. Et il pousse le bouchon jusqu’à souligner que pour une question de principe, le même Pravind Jugnauth avait révoqué Ivan Collendavelloo. Où est l’autre Pravind Jugnauth ? C’est la question qui était sur le bout des lèvres de Navin Ramgoolam. 

Le leader du PTr a expliqué qu’en 1999, alors qu’il était Premier ministre, un ami lui avait proposé d’acheter le terrain en question à Angus Road, Vacoas. Il a trouvé que c’était trop grand et trop cher. Mais lorsque le gouvernement a eu à chercher un site pour abriter le siège de l’Indian Ocean Rim, comme Premier ministre, il a demandé à obtenir le prix de ce terrain. Rs 35 millions. 

La même année, a-t-il déclaré, Pravind Jugnauth a acheté un lot de ce terrain pour Rs 6 millions. Pour ce faire, il a contracté un prêt de Rs 5 millions. Quelques années plus tard, un autre lot a été acheté pour Rs 7 millions. Il a ensuite parlé du rôle d’Alan Govinden. 

Il a posé une série de questions. L’une d’elles concerne des paiements en cash d’un montant supérieur à celui autorisé par la loi


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.