Politique

Ramgoolam n’en démord pas au sujet des fouilles à son domicile et son bureau en 2015

Mercredi 15 Janvier 2020

Les perquisitions étaient illégales. C’est ce que Navin Ramgoolam a encore soutenu dans un document déposé en Cour suprême mardi.

Il s’agit de ses réponses aux interrogations de l’État, du commissaire de police et des trois policiers visés dans sa plainte. Rappelons que le leader du PTr leur réclame une roupie symbolique à titre de dommages.

Cependant, il demande un ordre sommant la police de lui restituer la totalité des biens saisis chez lui, y compris les Rs 220 millions qui se trouvaient dans ses coffres-forts. Car justement, pour lui, les perquisitions de février 2015 étaient illégales.

Précisons que la plainte de Navin Ramgoolam est dirigée contre l’État, le commissaire de police, les sergents Ramdoo, Seebaruth et le constable Veder  du Central Criminal Investigation Department, ainsi que trois magistrates (Shavina Jugnauth- Chuttur, Kadampanavasini Sockalingum-Juwaheer et Shefali Naika Gannoo). 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.