Menu



Politique

Ramgoolam, médecin, découvre le danger de l’automédication


Rédigé par E. Moris le Samedi 9 Octobre 2021



Mieux vaut tard que jamais ! À 74 ans, Navin Ramgoolam, médecin de profession, vient de découvrir qu’il est dangereux de faire de l’automédication. 

Celui qui disait que le silence est d’or, surtout lorsqu’on n’a rien d’intéressant à dire, est un type plein de sagesse. Quelqu’un qui lirait le Times of India et qui découvre qu’un type qui a été Premier ministre d’un pays ne sait pas que se goinfrer de médicaments comporte des dangers pour la santé doit se tordre de rire. « C’est un pays de dingues », doit-il se dire. 

Mais le ridicule ne tuant pas, Navin Ramgoolam demande aux Mauriciens « de ne pas s’auto-médicamenter en cas de contamination à la Covid-19 ». Au Times of India, Navin Ramgoolam a aussi parlé de renaissance. C’est là qu’on comprend que son cas était grave. S’il est en vie, a-t-il déclaré, c’est grâce aux médecins et aux infirmières de l'AIIMS et au gouvernement indien. Il aurait pu ajouter grâce à Pravind Jugnauth et au gouvernement mauricien aussi ! Jamais le Premier ministre ne s’est autant démené pour un adversaire politique, allant jusqu’à lui rendre visite à l’hôpital… du moins ses médecins.

À Maurice, la garde rapprochée de Navin Ramgoolam tentait de minimiser les choses. En tout cas, Navin Ramgoolam va payer toutes ces bêtises au centuple… sur le plan politique. Alors qu’il était à l’article de la mort, qu’Hadès réclamait sa compagnie, Pravind Jugnauth faisait le tour de l’île à pied. Les deux images sont parlantes. 

Samedi 9 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.