Politique

Ramgoolam et Duval démentent toute friction entre PTr et PMSD

Jeudi 17 Octobre 2019

Si le leader du PTr est intervenu sur une radio, celui du PMSD a réagi sur Facebook. Tous deux pour dire qu’il n’y a pas de friction au sein de leur alliance.

Navin Ramgoolam a dit que ce sont des rumeurs propagées par des adversaires qui « ont une peur bleue » de l’Alliance Nationale. Quant à Xavier-Luc Duval, il a parlé de « Fake news » et de « tentative bien réelle de désinformation ». 

N’empêche que lorsque plusieurs dirigeants d’une alliance prennent le temps de démentir quelque chose, c’est qu’il y a tout de même un problème. Certes, le problème ne se situe pas au niveau de la haute hiérarchie mais bien au sein des circonscriptions. 

Prenons le no 11 par exemple. Le congrès de l’Alliance Nationale prévue ce vendredi a été annulé… justement parce que les trois candidats qui y brigueront les suffrages n’ont pas encore été désignés.

Sur ce point, Navin Ramgoolam a dit que consigne a été donnée aux potentiels candidats de faire du porte-à-porte jusqu’au Nomination Day, prévu mardi. Le problème au no 11 découle d’un autre problème au no 17. 

À Curepipe-Midlands, il y a ceux que les activistes veulent voir obtenir un ticket, ceux qui souhaitent être alignés de nouveau et ceux qui espèrent que leur heure est enfin arrivée. Ainsi, Adrien Duval et Malini Sewocksingh sont les députés sortants du PMSD dans cette circonscription et aimeraient être de nouveau de la course. En même temps, il y a le problème Michael Sik Yuen, l’ancien PMSD devenu travailliste, qui est souhaité par les activistes rouges.

Le PTr souhaite aussi aligner Edley Chimon, candidat pressenti depuis un bon moment. Et il se pourrait qu’Éric Guimbeau y soit aligné s’il accepte de rejoindre l’Alliance Nationale. 

Mais il n’y a pas que les numéros 17 et 11. Il y a aussi le No 1 où le problème Jean-Claude Barbier s’est posé. Les activistes rouges ne voulaient pas de lui alors qu’il est un partenaire de choix, en tant que patron du Mouvement Jean-Claude Barbier (pour la Commission électorale).

Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.