Menu


Politique

Ramgoolam estime que Pravind Jugnauth a fait appel à son père pour le défendre


Rédigé par E. Moris le Vendredi 15 Janvier 2021



Le leader du Parti travailliste était en conférence de presse ce vendredi 15 janvier, après le bureau politique des rouges, accompagné de ses lieutenants.

Navin Ramgoolam a fait part de la priorité des travaillistes concernant le rassemblement que le parti prévoit d’organiser. Le leader des rouges lance un appel à la mobilisation aux Mauriciens, aux forces vives, aux syndicalistes, aux Avengers (panel d'avocats dans l'affaire Kistnen) sans oublier Rezistans ek Alternativ.

Pour lui il faut mettre de côté les egos en faisant la "différence entre l'arbre et la forêt" ou selon l'expression " C'est l'arbre qui cache la forêt".  Il s'agit d'une métaphore pour désigner une personne qui se fixerait sur un détail au lieu de voir quelque chose dans son ensemble comme quelqu'un qui ne verrait qu'un arbre et non pas la forêt. Cela traduit un manque d'objectivité. L'important donc, selon Navin Ramgoolam, c’est le départ du gouvernement le plus vite possible.

La date du rassemblement n’a pas encore été décidée, ni la forme. Mais il aura lieu avant la rentrée parlementaire, soit le 23 mars prochain. Il a aussi été question des municipales lors de cette réunion, mais souligne Navin Ramgoolam, son souhait c'est une entente entre les membres des trois partis au Parlement. Les suggestions seront partagées demain avec les autres leaders de l'opposition.

Pour Navin Ramgoolam, il ne fait aucun doute martèle t-il que c'est la mafia qui dirige le pays. Il est revenu brièvement sur l'enquête concernant l'affaire Kistnen et a évoqué les dépenses électorales au n°8. Puis a commenté la journée du 7 janvier où Port-Louis était barricadée avec des tireurs d'élite pour la sécurité d'un seul ministre. Il est remonté dans le temps avec son propre cas où il a été arrêté face à une foule déchaînée et il a su y faire face. 

Le leader des rouges a mis en garde contre ce qu’il affirme être « une équipe de policiers déguisée en civils », le « groupe Cobra » qui était, selon lui, à Saint-Pierre « pou fer provokasyon ek desord». « Nou pe warn zot, nou kone kisana sa ! » a-t-il ajouté. Il a aussi évoqué les "gros bras" et "taper MSM", des "mercenaires" qui ont insulté des journalistes.

Pour faire taire les rumeurs et spéculations sur Anil Bachoo, Navin Ramgoolam a répété pourquoi la pétition électorale a été retirée. De part les tactiques dilatoires du MSM, et dans ce contexte où le juge a retiré 19 points sur 34 dans la pétition, il était plus logique stratégiquement d'enlever cette pétition pour se focaliser sur les autres.

A une question d'un journaliste sur un article de Aneerood Jugnauth très à charge contre l'opposition, Navin Ramgoolam se demande si les Jugnauth ne rêvent pas de lui tout en faisant des cauchemars.

Il demande à tout un chacun de faire travailler sa tête : « Si piti inn bizin al tir papa dan larmwar fer li vinn defann li, oun bizin kompran ki pe arive ».

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.