Menu

Politique

Ramgoolam encore souffrant


Rédigé par E. Moris le Mercredi 9 Février 2022



Ramgoolam encore souffrant
Si pour Kissinger, le pouvoir est le plus puissant des aphrodisiaques, être dans l’opposition, aurait pu clamer Ramgoolam, c’est le portail vers toutes les maladies !

Les soucis de santé s’accumulent pour le leader du PTr. Après avoir chopé la Covid-19, pratiqué l’automédication, subi une petite intervention mineure, voilà que Navin Ramgoolam est encore souffrant.

C’est en tout cas ce qu’a affirmé son avocat, Me Gavin Glover, hier matin en cour suprême. C’était à l’appel de l’affaire liée à la pétition électorale du leader du Parti travailliste. Il a déclaré que son client est souffrant. D’où son absence en cour. Il a ajouté que les prochains jours aussi, le leader du PTr ne pourra sortir de sa maison. Me Glover a aussi présenté une lettre du Dr Nizam Domah, le médecin de Ramgoolam.

Mais les débats portant sur la motion de la représentante du commissaire électoral et du Returning Officer se sont poursuivis. Me Sulakshna Beekarry-Sunassee, Assistant Solicitor General, demande que cinq autres candidats battus soient mis hors de cause dans l’affaire. Ils sont Mohamed Reza Saumtally et Jim Seetaram de l’Alliance Nationale, ainsi que Lucia Melanie, Seewoonarain Koonjul et Akhtar Parvez Sadul du MMM.

Me Glover a exprimé son étonnement que cette motion intervienne après deux ans de mise en forme de l’affaire. Il a déclaré que cela aurait dû être fait bien avant. Le procès a été fixé pour être entendu sur le fond du 14 au 18 février 2022. Mais suite à la déclaration de Me Gavin Glover sur l’état de santé de l’ancien Premier ministre, les choses pourraient changer. Ramgoolam, rappelons-le, conteste l’élection des trois élus de la circonscription n°10.

Mercredi 9 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.