Menu

Politique

Ramgoolam dénonce l’absence de vision, l’opacité et le maquillage des chiffres


Rédigé par E. Moris le Vendredi 10 Juin 2022

« Nous allons finir comme le Zimbabwe et le Sri Lanka ! » C’est la mise en garde adressée par Navin Ramgoolam en conférence de presse ce vendredi.



Le leader du PTr a évidemment concentré son intervention sur le budget 2022-2023. « Il n’y a aucune vision globale de l’économie », a déclaré l’ancien Premier ministre. Il a ajouté que le ministre des Finances est en train de dissimuler la vérité aux Mauriciens. Pour lui, les Rs 1 000 ou Rs 2 000 offertes vont vite fondre comme beurre au soleil. Il a ajouté que les prédictions et chiffres annoncés par Renganaden Padayachy sont faux. « Déjà, ses prévisions de croissance sont totalement fausses. Impossible », a-t-il déclaré. 
 

Navin Ramgoolam a déploré le fait que le ministre des Finances a caché bien des dettes dans les Special Funds. « Pour moi, la dette publique est supérieure à 100% de notre PIB », a-t-il déclaré. Il a prévenu que les tarifs de l’électricité vont montrer. Tout cela fait, selon lui, que les Rs 1 000 vont fondre comme neige au soleil. Il a aussi déclaré qu’avec tout l’argent caché dans des Special Funds, le ministre des Finances aurait pu diminuer les prix des carburants en éliminant certaines taxes.

Pour Navin Ramgoolam, le déficit budgétaire aussi ne tournera pas autour de 4%. « Il a menti. Ce sera plus de 7% », a-t-il déclaré. Il a aussi dénoncé l’opacité que prône le MSM. « Ils cachent tout dans les Special Funds. Ainsi, personne ne peut poser des questions », a-t-il déclaré. Et d’annoncer l’introduction, s’il arrive au pouvoir, d’une Fiscal Responsability Act. Il faut éviter qu’un autre gouvernement fasse comme ils ont fait actuellement.

Vendredi 10 Juin 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 10/06/2022 16:46
Et avec lui on finira comme Madagascar ou Haïti.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.