Menu


Politique

Ramgoolam affirme : « Mo pas mort pou poste Premier ministre »


Rédigé par E. Moris le Samedi 21 Décembre 2019



En plus, il a fait un lapsus : « Mo pas interrese par poste Premier ministre ».

Mais Navin Ramgoolam s’est tout de suite repris. « Je ne dis pas que je ne suis pas intéressé. Mais mo pas mort pou poste Premier ministre », a déclaré le leader du Parti travailliste, qui se trouvait au MKS Hall, à Caroline, Bel Air, lors d’une réunion de remerciements aux agents rouges.

Sauf que tout le reste du discours de celui qui passera un nouveau mandat à l’extérieur du Parlement semble indiquer le contraire. 

Car, il s’est longuement attardé sur les « élection mardaye » et le « vol » dont il a été victime. Il a même évoqué une lettre qu’il aurait reçue d’un haut fonctionnaire qui soutient qu’il (Ramgoolam) a été privé de 6 000 voix. Puis, il s’est s’attaqué au gouvernement.

« Beaucoup de personnes disent que ce gouvernement dirige le pays avec 37%. Mais c’est faux. On ne prend pas en considération le nombre de personnes qui ne se sont pas rendus aux urnes. Il dirige avec seulement 28% de soutien de la population. Mais il se comporte comme si le pays lui appartient. Il n’y a qu’à regarder les nominations », a déclaré Navin Ramgoolam. 

Ce dernier souligne donc que sa « bataille » n’est pas pour redevenir Premier ministre, mais « pour rétablir la démocratie ».

Rappelons que Navin Ramgoolam conteste les résultats des élections par le biais d’une pétition électorale en Cour suprême. Il demande carrément l’invalidation des élections au no 10.

Car pour lui, il y a eu « vol ». Il a d’ailleurs expliqué avoir récolté 17 536 voix, c’est-à-dire 41,17% des suffrages. Tout en indiquant qu’il n’a rien contre Sunil Bholah et Vikram Hurdoyal, il a souligné qu’avec 320 voix supplémentaires, il aurait été élu. Et le problème, c’est que 420 personnes ne figuraient plus sur le registre électoral et n’ont pu voter. 

Le leader du PTr est aussi revenu sur « toutes les irrégularités » qu’il dit avoir constatées le jour du vote et celui du dépouillement.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.