Menu



Justice

Ramdhean déplore la non-diffusion de sa conférence de presse par la MBC


Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Juillet 2021



Rajendra Ramdhean, président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation en 2019, a été auditionné lundi dans le cadre de l’affaire ayant trait à la pétition électorale de Suren Dayal. Il a fait une petite révélation. « Le directeur général de la MBC m'a déjà dit qu’il ne diffuse que des infos qui sont positives pour le gouvernement », a-t-il déclaré. 

Il a expliqué que la MBC a toujours couvert les événements organisés par la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation depuis 1976. Mais, cette tradition a été subitement stoppée en 2018. Cela, lorsque Rajendra Ramdhean a battu Somduth Dulthumun aux élections pour devenir président de l’organisme. 

Rajendra Ramdhean a ensuite été contre-interrogé par Me Raouf Gulbul, l'avocat de la MBC. Il a expliqué qu’il a tenu une conférence de presse le 6 novembre 2019 afin de faire comprendre que l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam n'avait jamais insulté la communauté hindoue à Plaine Verte durant la campagne électorale. Le leader du PTr avait utilisé le terme « katori » à l’encontre de sir Anerood Jugnauth. 

Somduth Dulthumun, alors proche du gouvernement sortant, avait animé une conférence de presse, couverte de manière extensive par la MBC, dans laquelle il accusait Ramgoolam d’avoir « insulté la communauté hindoue ». 

Rajendra Ramdhean a indiqué qu’il fallait mettre les points sur les i. À une déclaration de Raouf Gulbul qui soutient que la MBC ne pouvait, selon la loi, diffuser un sujet d’ordre politique la veille du scrutin, Rajendra Ramdhean a soutenu que la MBC avait tout de même favorisé Somduth Dulthumun.

Mercredi 21 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.