Politique

Rama Sithanen met en garde contre les conséquences inattendues d’un redécoupage électorale

Lundi 24 Septembre 2018

Rama Sithanen met en garde contre les conséquences inattendues d’un redécoupage électorale
L’ancien ministre des Finances a également déposé devant l’Electoral Boundaries Commission hier. Toutefois, contrairement au PMSD, c’est l’organisme chargé de revoir la délimitation des circonscriptions qui l’a convié à donner son point de vue. 

Rama Sithanen a mis en garde contre deux aspects du redécoupage des circonscriptions : les conséquences inattendues et involontaires ainsi que les dommages collatéraux d’un tel exercice. 

L’ancien ministre des Finances a expliqué que la délimitation actuelle des circonscriptions (20 à Maurice et 1 à Rodrigues) date des discussions de 1965. Mais, a-t-il ajouté, depuis la fin des années 50, lorsque les discussions sur le découpage des circonscriptions ont commencé, deux impératifs ont toujours été pris en compte. 

Le premier est l’application du système First past the post. « À l’époque, certains leaders politiques étaient contre ce système, alors que d’autres étaient pour. En fait, les Britanniques nous l’ont imposé », a-t-il expliqué.

Le second impératif, a souligné Rama Sithanen, est une représentation adéquate de toutes les composantes de la population mauricienne. 

C’est la raison pour laquelle, en 1965, deux garanties ont été offertes au camp opposé à l’application du First past the post :

(i) un découpage électoral qui permet l’élection de toutes les composantes de la société et (ii) un système de repêchage (Best Loser) qui permettrait une meilleure représentation au cas où celle-ci serait absente après le First past the post. 

« Il faut faire de sorte que si redécoupage électoral, il y a, ces deux garanties soient respectées », a indiqué Rama Sithanen, qui estime néanmoins que tel ne sera pas le cas. Il a aussi fait certaines propositions au cas où la commission opterait pour un redécoupage électoral, notamment le fait que les électeurs n’aient plus à inscrire trois croix mais une seule sur le bulletin de vote. 

Précisons cependant que le rapport de l’Electoral Boundaries Commission est soumis à l’Assemblée nationale qui soit l’adopter intégralement ou le rejeter.

Il y a peu de chances qu’un redécoupage électoral obtienne les faveurs du Parlement. Aucun des quatre derniers rapports – le document doit être soumis tous les 10 ans environ – n’a été approuvé.

Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.