Justice

Rallye illégal : Me Vikash Teeluckdharry remonté comme un coucou

Samedi 15 Septembre 2018

Lors de l’exercice de reconstitution de l’agression présumée du caporal Choollun, vendredi au niveau du Bypass de Goodlands. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l'avocat Me Vikash Teeluckdharry, du suspect Cheetsing Gokhul était remonté comme un coucou.


Rallye illégal : Me Vikash Teeluckdharry remonté comme un coucou
Pour rappel, après l’arrestation de Cheetsing Gokhul, des individus se sont rendus chez le caporal Choollun et on vandalisé sa maison et sa voiture. 14 suspects avaient été interpellés en donnant  leurs versions des faits.

Mais selon Me Vikash Teeluckdharry, l'avocat du suspect Cheetsing Gokhul , c’était « la responsabilité du Commissaire de police » de « protéger » la maison du caporal Choollun après les incidents survenus à Goodlands.

Il a déploré le fait que le Groupe d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) n’ait pas été envoyé au domicile du caporal après l’arrestation de son client.

L’homme de loi ne comprend pas le manque d’action du Commissaire de police envers les internautes qui s’en prennent à son client sur les réseaux sociaux.

En ce qui concerne le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, Me Vikash Teeluckdharry estime que le gouvernement « n’a pas pris les dispositions nécessaires » pour restreindre les rallyes à Maurice.

Selon ses dires, les responsables de cet acte maqué sont le Commissaire de police, Mario Nobin, et le ministre Nando Bodha qui seront ni plus ni moins convoqués à la cour lors du procès.

Ce qui a donné lieu à une réplique : « Est-ce que Vikash Teeluckdharry, l’avocat du suspect Gokhul était-il au courant que la maison du caporal Choolun allait être saccagée ?» s’interroge l’inspecteur Jaylall Boojhawon.

Chitsing Gokhul, dit-il, n’est pas parmi les suspects qui ont saccagé la maison et la voiture du caporal. Alors pourquoi, se demande l’inspecteur, Vikash Teeluckdarry vient blâmer le Commissaire de Police Mario Nobin ?
 

Rédigé par E. Moris le Samedi 15 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.