Société

Raksha Bandhan : L’amour fraternel à son paroxysme

Samedi 25 Août 2018

Il s’agit d’un cordon fragile certes. Mais le symbolisme est important. Ce dimanche, les hindous célèbrent le Raksha Bandhan, l’amour fraternel.


Amour, protection, filiation et devoir… Ce sont là les symboles associés à ce rite, tout simple, où la sœur attache un petit cordon coloré, appelé ‘rakhi’ au poignet de son frère. Ce dernier se voit aussi apposer un ‘tilak’ (ou tika) sur son front. 

Cette cérémonie du ‘rakhi’ a une grande importance. Car par ce petit cordon, la sœur montre son attachement envers son frère et ce dernier s’engage à la protéger et à prendre soin d’elle. 

Mais, dans certains cas, cette fête peut transcender les liens biologiques. Il arrive que l’on s’échange le ‘rakhi’ entre cousins et même entre personnes n’ayant aucun lien familial mais qui nourrissent des sentiments fraternels.

Il arrive que ‘frères’ et ‘sœurs’ n’appartiennent pas à la même communauté, ce qui est encore plus émouvant. 

Le Raksha Bandhan puisse ses racines des mythologies hindoues. Les livres sacrés évoquent quelques cas où un rakhi noué au poignet d’un dieu lui a permis de triompher de ses ennemis. 

Sur le plan social, soulignons que la consolidation des liens fraternels était essentiel à l’époque en Inde où, après le mariage, les filles se retrouvaient d’une certaine façon à la merci de leur belle-famille. Donc, pouvoir compter sur un frère protecteur avait toute son importance. 

Si la fête est célébrée avec les traditionnels gâteaux sucrés, comme le laddoo, précisons qu’elle nécessite une certaine préparation. Ainsi, hier encore, certains magasins étaient bondés par ceux venus faire leurs achats à la dernière minute. 

Cela fait d’ailleurs plusieurs jours que les commerçants exposent les cordons colorés afin d’attirer le maximum de clients possible. Rappelons que les prix varient en fonction des modèles et la taille.

Rédigé par E. Moris le Samedi 25 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.