Menu


Politique

Qui va croire qu’Ivan n’était pas courant, se demande Paul Bérenger


Rédigé par E. Moris le Samedi 13 Juin 2020



La version du Premier ministre, il la met à la poubelle. Pour Paul Bérenger, personne ne peut croire que le ministre de l’Énergie n’était pas au courant de l’enquête de la Banque africaine de développement sur les pratiques de corruption présumées entourant le contrat de modernisation de la Centrale St Louis.

Il l’a déclaré en conférence de presse ce matin. « Franchement, ils essaient de nous faire croire que ni Ivan Collendavelloo ni le Premier ministre n’étaient au courant. Qui va croire cela ? D’autant que ce matin, sur une radio, le chairman du CEB a déclaré que le directeur par intérim l’avait informé de l’enquête depuis 2019 », a souligné Paul Bérenger. 

Pour lui, Seety Naidoo a dû informer Ivan Collendavelloo. De surcroit, ce dernier, en tant que ministre de l’Énergie a dû donner son feu vert pour lancer le second exercice d’appel d’offres en urgence. Il a aussi critiqué le fait que c’est la Commission anticorruption qui a hérité du dossier. « L’Icac est une machine à couvrir les embrouilles », a précisé le leader du MMM. 

Il a réitéré sa demande pour qu’Ivan Collendavelloo démissionne. « Il aurait déjà dû partir après l’affaire Sobrinho », a-t-il affirmé. 

Paul Bérenger a évoqué d’autres sujets lors de cette conférence de presse. Il a notamment souligné qu’il « n’y a pas d’alliance entre le MMM, le PTr et le PMSD », malgré le fait que l’opposition a, selon lui, pris le pouvoir au Conseil de district de Rivière-Noire.

Rappelons que Véronique Leu-Govind, du PMSD, est redevenue présidente de la collectivité locale. Cela, malgré le travail des services de renseignement et du ministre Alan Ganoo. Pour Paul Bérenger, « c’est le début de la fin » du gouvernement. 

Sur l’éducation et la reprise des classes le 1er juillet, Paul Bérenger a condamné  la cacophonie et les zigzags du gouvernement et s’en est encore une fois pris au Speaker qu’il accuse d’être « mesquin et ti-l’esprit ».


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.