Faits Divers

Qui est Vishal Shibchurn, l'ex pompier en liberté conditionnelle qui accuse un officier de police de vol ?

Mercredi 11 Juillet 2018

L'histoire est peu banale, Vishal Shibchurn, résidant de St-Hubert, accuse un officier de la brigade criminelle d’avoir volé dans la plantation de fruits et légumes de son père.


Lors de sa déposition au poste de police de Cent-Gaulettes dimanche dernier, cet ex-pompier a expliqué que son père tient une plantation d’ananas et de légumes à le Val. 
 
"C’est par mesure de sécurité que j’ai fait cette déposition à la police".
 
Il s’y était rendu, samedi 7 juillet dans la soirée, après que son fils lui ait signalé des mouvements suspects dans la plantation de fruits et légumes. 

En s'approchant, Vishal Shibchurn a reconnu un des hommes comme étant un officier de police de la Criminal Investigation Division (CID) de Mahébourg. 

Suivant les conseils de son père, il a décidé de porter plainte.

Vishal Shibchurn n'est pas un inconnu des services de police. Cet ex-pompier est actuellement en liberté conditionnelle.

Il a un casier judiciaire chargé. Il a été inculpé à titre provisoire d’agression avec préméditation sur sa voisine. Arrêté et remis en liberté conditionnelle en mars 2016, dans le cadre de l’enquête sur l’agression d’Aslam Noursing, qui a eu les poignets sectionnés, il a aussi été interrogé dans le cadre de l’enquête sur les coups de feu tirés en direction de l’ambassade de France et de l’hôtel Le Saint-Georges, à Port-Louis, survenus. Des graffitis pro-État islamique avaient été découverts sur des murs de l’ambassade française et une maison plus loin.

Il a également été impliqué également dans le braquage de la succursale de la State Bank of Mauritius à la rue Royale à Port-Louis. 

Vishal Shibchurn est aussi membre de Hindu Shakti Sena et se défend d’être membre d’une bande qui sèmerait la terreur dans le sud.

"Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent sur le Hindu Shakti Sena. Nous sommes un groupe très soudé et fort. Nous sommes présents dans les quatre coins du pays. Si nous étions des terroristes, nous aurions dû occuper le terrain partout, pas uniquement dans le sud".

"Les politiciens commencent à avoir peur, vu notre ampleur. Nous avons débuté avec 300 membres et nous comptons aujourd’hui 15.000 membres », avait déclaré Vishal Shibchurn auprès d'une radio privée après sa remise en liberté conditionnelle.

Une publication postée sur les réseaux sociaux par Vishal Shibchurn le 8 juillet 2018
Une publication postée sur les réseaux sociaux par Vishal Shibchurn le 8 juillet 2018

Rédigé par E. Moris le Mercredi 11 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.