Menu



Société

Qui en veut à un ancien ministre ?


Rédigé par E. Moris le Lundi 1 Juillet 2019



Certains ont semble-t-il la rancune tenace ! Plusieurs rédactions de l’île ont reçu des captures d’écran concernant un supposé accord entre un homme d’affaires de Dubaï, ayant un background légal, et un ancien ministre mauricien.

Il est évident que l’objectif est de s’en prendre à la réputation de l’homme politique. Mais quelles seraient les motivations de l’homme d’affaires dubaïote et surtout pourquoi s’acharner à envoyer autant de captures d’écran de conversations et d’échanges ? 

Selon ce qu’on comprend de l’histoire, le businessman, un certain Hassen E., estime avoir été piégé par l’homme politique et l’ami de l’homme politique. Il a été persuadé de transférer une grosse somme d’argent au nom d’une société qui, elle, allait ouvrir un compte sur un site de paris en ligne.

L’homme prétend avoir versé au moins 400 000 dollars en 4 tranches. Selon l’accord, il aurait récupéré le retour sur investissement assez rapidement.

Qui serait assez bête pour verser une telle somme sans avoir aucun contrôle sur ce qu’il va advenir de l’argent ? De plus, loin de nous l’idée de penser qu’un homme politique mauricien s’abaisserait à faire une telle chose !

C’est peut-être pour cette raison que les diverses rédactions hésitent à publier. Avec raison évidemment ! D’autant qu’il n’y a ni plainte à la police pour escroquerie.

De plus, si jamais une telle histoire s’avère – ce qu’on ne croit pas un seul instant –, la victime aurait certes été plumée mais avec son consentement. On ne peut pas être stupide à ce point, surtout si un tel montant est en jeu.


Lundi 1 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.