Menu



Société

Qui dit réouverture des frontières, dit retour aux voyages et "per diem" pour les élus de la République


Rédigé par E. Moris le Lundi 4 Octobre 2021



Voyage...voyage...C'est le Premier ministre, Pravind Jugnauth, accompagné du ministre de l’Environnement Kavi Ramano et une "délégation" qui ouvriront le bal en se rendant à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP 26) à Glasgow, qui se tiendra du 1er au 12 novembre.

D'autres se bousculent déjà au portillon pour s'offrir le ticket de la liberté. L'opportunité de s'offrir un billet d'avion aux frais des contribuables est alléchante, d'autant plus que pour des raisons sanitaires liées au Covid, les illustres membres du gouvernement ont été forcés de rester au pays.

En effet, l''île Maurice sous cloche depuis le mois de mars 2020, l'envie de prendre l'air se fait ressentir. Le choix est tentant entre l'’Exposition universelle de Dubaï (Emirats arabes unis) qui se déroule en ce moment jusqu'au 30 mars 2022, mais aussi les nombreux salons internationaux en Europe.

Mais pour certains vaccinés c'est la douche écossaise. En effet, de nombreux pays ne reconnaissent toujours pas certains vaccins inoculés à Maurice. De ce fait, la décision a été prise de continuer la campagne de vaccination anti-Covid-19 avec la troisième dose....À partir de ce lundi 4 octobre, la troisième dose du vaccin AstraZeneca sera administrée dans les cinq hôpitaux régionaux. Cet exercice concerne les personnes qui ont reçu leur deuxième dose du vaccin AstraZeneca /COVISHIELD ces six derniers mois.

Ceux qui ont reçu le vaccin Covaxin peuvent se faire injecter une dose de Johnson & Johnson jusqu’au 9 octobre prochain. Tout comme Kobita Jugnauth, ils sont nombreux au sien de certains organismes à avoir eu droit au Covaxin. Une décision qui tombe à pic et qui arrange tout le monde. 

Lundi 4 Octobre 2021


1.Posté par PETER KIPKA le 04/10/2021 16:48
Et ceux qui ont recu le Sinopharm ???ils font quoi ??? ils restent a la maison.....

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.