Politique

Quatre ministres sont en Inde avec Pravind Jugnauth, aucune réunion des ministres n'a eu lieu vendredi !

Vendredi 25 Janvier 2019

Il n’y a pas eu de réunion du conseil des ministres le vendredi 25 janvier car plusieurs ministres font partie de la délégation mauricienne qui a accompagné le Premier ministre en Inde.


Les objectifs c'est bien, les résolutions c'est moins bien ! 

Alors que le gouvernement a été épinglé par la cour des comptes concernant le gaspillage de l'argent public des ministres et leurs voyages et per diem aux frais des contribuables, on se souvient qu'en bon élève, le Premier ministre avait souhaité donner l'exemple. C'était avant de s'encombrer de supers conseillers "gourma cash" qui ont eu raison de ses bonnes résolutions.

Alors que le Parlement est fermé pour trois mois de vacances, Pravind Jugnauth, qui se trouve en Inde depuis dimanche dans le cadre de la 15e édition de la Pravasi Bharatiya Divas, s'est entouré d'une forte délégation de "supporteurs" :

Le secrétaire au Cabinet Nayen Koomar Ballah et le ministre des Arts et de la culture, Pradeep Roopun, la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun-Luchoomun et le ministre de la Technologie, de la communication et de l’innovation Yogida Sawmynaden, le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, ainsi que celle de Sharvanand Ramkaun, secrétaire parlementaire privé et colistier de ce dernier dans la circonscription n°5 (Pamplemousses-Triolet). 

En l'absence des quatre ministres : Sudesh Callychurn, Leela Devi Dookun-Luchoomun, Pradeep Roopun et Yogida Sawmynaden, de ce fait, aucune réunion des ministres n'a eu lieu vendredi.  
 
Vendredi prochain étant un jour férié, le conseil des ministres se réunira le mercredi 30 janvier à 10h30. 

Un voyage initiatique qui tombe à pic pour faire oublier le procès Medpoint au Privy council.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 25 Janvier 2019


1.Posté par maurice de lisle le 26/01/2019 11:34
c est un scandale !
sommes nous gerés par india ??????? comme agalega !!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.