Politique

Quand la fille du leader du MMM prend la défense de son père sur les réseaux sociaux

Mardi 4 Septembre 2018

Entre les claquements de portes, les congés politiques des membres fondateurs du parti ou les sanctions sous forme de motion, de blâme, carton jaune, avertissement, le Mouvement Militant Mauricien (MMM), un des plus vieux partis politiques mauricien est amené à s'éteindre sans grand fracas avec son leader, Paul Bérenger.


Si Paul Bérenger a revisité la philosophie politique de Machiavel à la sauce mauricienne. "Mes enfants et moi sommes foncièrement contre les dynasties en politique". Cela ne l'a pas empêché d'installer à tour de rôle son fils, son gendre, sa belle sœur puis la fille propulsée "démocratiquement" à la tête de l'aile jeune du MMM et nouvelle coqueluche d'un petit cercle d'amis dans les médias mauriciens. Érigée comme la petite star montante de la scène politique alors qu'elle ne cesse d'accumuler bourdes, crises de nerfs pré ado et pétages de plombs dans le même acabit que le paternel. 

Celle qui ne cesse de vouloir se défaire de son patronyme, est coincée entre sa "carrière" politique et sa filiation familiale. A chaque claquement de portes du parti, et elles sont nombreuses, la jeune fille s'en va défendre son paternel jusqu'à embarrasser les anciens membres du parti, dans une attitude "Mon père ce héros" ou "La gloire de mon père".
 
Le MMM connait depuis plus de dix huit ans une succession d'échecs avec des stratégies d'alliance désastreuses. Sans compter le caractère d'un leader aigri, irascible, et d'humeur "emmerdée" dès la moindre critique à son encontre. Les militants et fidèles de la première heure sont désabusés et ne suivent plus les consignes de vote du leader. Une certaine presse qui avait méthodiquement misé sur le leader Bérenger depuis des années commence à lâcher du lest, signe que les temps changent.
 
Une guerre intestine où deux clans s'affrontent. D'un côté, des béni oui-oui, des "coller l'affis" et "followers" qui continuent à suivre aveuglément le maître en acquiesçant et en votant avec lui les décisions les plus surréalistes et ridicules tout en flattant l'égo du leader en espérant récolter un fauteuil ministériel lors d'une prochaine alliance.

De l’autre, ceux qui ont le courage de leurs opinion aux risques et périls de leur avenir politique. Rare mais ce sont les plus lucides et avisés. 
 
Le leader mauve déphasé et opposé à toute réforme ou remise en question, découvre que ses motions de blâme ou autres tentatives pour museler ses membres ne provoquent pas de consensus. Dans le déni, il n'entend pas, ne voit pas et insulte ceux qui s'opposent à lui en qualifiant d'"abjecte et d'infecte" toute forme de résistance. Sa fille semble avoir pris le parti de suivre son père sur cette voie.

Il suffit de lire sa bafouille sur les réseaux sociaux à la suite de la démission de la députée Danielle Selvon hier lundi.
 
Danielle Selvon a soumis sa démission comme membre du Mouvement Militant Mauricien (MMM) comme et dans la lettre adressée à la direction du parti, la députée affirme ne pas apprécier le fait d’avoir été boycottée, car elle ne pourra pas prendre la parole lors du meeting des mauves, qui se tiendra à la Tour Koenig le 7 septembre prochain.  
 
Avec un certain panache, alors que le MMM vient tout juste de retrouver un semblant de cohésion de groupe en programmant des réunions sur le terrain. 

Danielle Selvon conclue dans sa lettre : "la mentalité colon au 21ème siècle n’est plus admissible et qu’elle n’acceptera jamais cette humiliation."

 
Cette petite phrase lâchée comme une bombe mets mal à l'aise de par la nature et la gravité de l'accusation. Le couple Selvon, dont le mari est un historien reconnu, ne peut être taxé d'allégations maladroites.  

Au-delà de toute analyse et pourquoi tant de portes claques au sein du parti, Joanna Bérenger a préféré pondre son commentaire sur toutes les plateformes média pour défendre son père, avec la complicité de quelques "coler lafis" notoires qui ont érigé le leader comme une idole intouchable.
 
À part brailler comme un disque rayé en conférence de presse dans sa messe du samedi devenant un chroniqueur lambda ou offrir un spectacle affligeant à l'assemblée, entre gesticulations et feuilleter le journal dans un je-m'en-foutisme, depuis qu'il a perdu sa place de leader de l'opposition. Il ne sert plus à rien et offre le service minimum. Dans d'ultimes tentatives pour sauver les meubles, le gourou Bérenger face à ses adeptes, clame que le MMM est plus fort que jamais et va remporter seul les prochaines élections.  
 
Sauf que la moitié de ses députés l'ont quitté et chaque semaine quelqu’un démissionne ou se met en congé politique. C'est la définition du MMM du... plus fort que jamais.  

Quand la fille du leader du MMM prend la défense de son père sur les réseaux sociaux

Rédigé par E. Moris le Mardi 4 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.