Menu



Politique

Quand certains élus font péter leurs muscles sur les réseaux sociaux


Rédigé par E. Moris le Mardi 16 Novembre 2021



Quand il n'envoie pas un masque à son effigie, avec un signe shivaïte à l'occasion de Divali, le ministre de l'Infrastructure, Bobby Hurreeram joue des muscles. Et, il n'est pas le seul.

Le Sport, chacun le sait est l'outil de communication préféré des politiques. Cyclisme, foot, boxe... Le sport, est un inépuisable eldorado des communicants politiques. Pas un seul élu qui n'affiche sa pratique sportive, synonyme de modernité, de mental d'acier et de persévérance. 

C'est désormais un classique de la communication politique : pour travailler son image, rien de tel que de s'afficher en tenue de sport. Il suffit de jeter un oeil sur le compte Instagram du Deputy Speaker Zahid Nazurally, qui s'y connaît en belles photos. L'homme fait tomber la chemise et sait jouer des muscles. 

Transpirer et le faire savoir est synonyme de performance et de technicité. Les politiques ont tous perçu que c'était un vecteur de communication parfait. Le député Eshan Juman y travaille aussi. Il a perdu du poids et de la mauvaise graisse avec l'aide d'un coach personnel. Sur sa page Facebook,  il entretien ses abdos et ses muscles, en faisant du "cardio", tout en sautillant sur place ou en tapant dans un sac.

La communication étant une matière hautement inflammable, les politiques font toutefois attention, lorsqu'ils s'échauffent, à ne pas jouer avec le feu. Le silence est aussi de mise chez les passionnés de tennis ou de golf...à se demander pourquoi.
 

Quand certains élus font péter leurs muscles sur les réseaux sociaux

Quand certains élus font péter leurs muscles sur les réseaux sociaux

Mardi 16 Novembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 16/11/2021 09:30
Pauvre type.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.