Politique

Quand Maneesh Gobin est en "mission" !

Samedi 1 Décembre 2018

Après avoir fait voté une loi contestée par les mauriciens à deux heures du matin, il semblerait que l’Attorney General Maneesh Gobin souhaite peaufiner son image passablement écornée par toutes les décisions prises en signe d'allégeance au maître du pouvoir et voulant sans doute devenir l'homme fort du gouvernement.


Gobin est partout. Tantôt se rendant "sympathique" en donnant de son sang pour le compte d’une campagne de l’association PILS dont le thème de la campagne est #EskiTonnFerLi?

Hier vendredi après-midi, Maneesh Gobin était aux côtés du Premier ministre pour annoncer les principales propositions concernant le financement des partis politiques, le soir il était assis dans le fauteuil de la MBC pour expliquer je ne sais quoi, ce samedi matin sur le plateau d'une radio privée...on se dit qu'il court, qu'il court le Gobin.

Après la salve de critiques en invitant sur "son" plateau des journalistes d'une certaine presse pour sa loi Jugnauth-Gobin, Maneesh Gobin a adopté une nouvelle stratégie de communication. Il s'invite chez eux !

Pour rappel, lorsque les membres de la délégation se trouvaient à Genève, Gobin avait évoqué un Gender Bill, un Children’s Bill mais pas de Freedom of Information Bill...du moins pour les prochains mois.

C’est ce qui est ressortit de son interrogatoire de la délégation mauricienne, dans le cadre de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies mercredi à Genève en Suisse. 

Dans le même exercice, le même Maneesh Gobin en pyromane/pompier, le nez plongé piteusement sur son pupitre et lisant studieusement son petit papier, demandait qu’il y ait plus de vigilance contre les discours haineux et la « culture d’impunité » qui se propagent sur internet.  

Pour rappel, le Judicial & Legal Provisions Bill No 2 a été voté au Parlement. L’article 46 de l’Information & Communication Technologies (ICT) Act a suscité la controverse puisqu’il prévoit des sanctions plus sévères, soit une peine d’emprisonnement de dix ans contre les auteurs d’un post causant « annoyance », « humiliation » ou « inconvenience » sur la Toile. 

Ce même Gobin remplaçant d'un Ravi Yerrigadoo, avec la mémoire du poisson rouge oublie que le parti Lepep avait gagné les élections de 2014 avec un clip Viré mam devenue viral sur le web, dénigrant les adversaires politiques ! 

Et comme si ça ne suffisait pas, après avoir voté une loi Gobin-Jugnauth pour "contrôler" les voix dissidentes sur les réseaux sociaux, le gouvernement continue sa volonté de propagande digne des plus grandes dictatures sur la planète à l'approche des élections générales. Sans surprise l'obtention des licences des radios privées revient aux proches du régime au pouvoir.  Sur une liste de 17 compagnies avec 3 licences à pourvoir...déjà 2 heureux gagnants...

Lire également : 

https://www.zinfos-moris.com/IBA-Trucage-sur-l-obtention-des-licences-des-radios-privees_a2891.html

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-Quand-nos-ministres-s-illustrent-par-leur-pietre-performance-a-l-etranger-_a2368.html 

https://www.zinfos-moris.com/L-Attorney-General-defend-bec-et-ongles-ses-amendements_a2276.html
 

https://www.zinfos-moris.com/ONU-Maneesh-Gobin-se-defend-tant-bien-que-mal_a2435.html

Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.