Menu



Politique

Quand Ivan Collendavelloo commente l’actualité


Rédigé par E. Moris le Mercredi 18 Août 2021



Il est sorti de son sommeil et de sa torpeur. Quel que soit le crédit qu’on accorde à Ivan Collendavelloo, il faut reconnaître que ses propos ont le mérite de surprendre. Surtout son parti pris et sa conviction, des fois, à dire des bêtises.

Était-ce le cas vendredi ? Sur l’affaire Angus Road, il a déclaré qu’il semble que le Premier ministre a des documents pour étayer ses déclarations. Il a donc fait un appel à « la presse responsable » de laisser la justice faire son boulot et de ne pas s’y immiscer.

Sur l’affaire Britam, il a déclaré avoir lu le rapport avec attention. « J’ai noté des commentaires très défavorables envers l’ancien ministre Roshi Bhadain. Toutefois, dans le rapport, il est indiqué qu’il n’y a pas d’indication qu’une offre de Rs 4,3 milliards a été reçue. C’est ce que je retiens », a-t-il déclaré. 

Et, sur un air toujours aussi mystérieux, il a déclaré que le rapport recommande certes une enquête de la police ou de l’Icac sur cette affaire. Néanmoins, il a souligné que l’investigation reposera sur des personnes qui ne sont pas Maurice. « Est-ce qu’elles viendront à Maurice pour témoigner et déposer ? L’avenir nous le dira », a-t-il ajouté. On peut avoir l’impression qu’Ivan Collendavelloo semble dire que l’enquête n’ira pas loin. 

Enfin, concernant les incidents au Parlement, le leader du Muvman Liberater a soutenu qu’il n’y a que trois députés de l’opposition qui ont un comportement exécrable au sein de l’hémicycle. « On ne peut se comporter de la façon qu’ils font avec le Speaker. On ne peut penser qu’on sait tout, qu’on est le plus fort. Pourquoi les autres députés, tels le jeune David n’ont aucun problème avec le Speaker ? Je déplore le comportement de ces trois députés », a-t-il déclaré. 

Il n’a pas voulu donner de noms. Mais gageons que Paul Bérenger, Shakeel Mohamed et Arvin Boolell sont les trois visés. Quid de Rajesh Bhagwan ?

Mercredi 18 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.