Menu

Santé

Public Accounts Committee : La santé envoyée au bûcher


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Novembre 2020



C’est la conclusion à laquelle on est tenté d’arriver en prenant connaissance du rapport du comité présidé par Xavier-Luc Duval. Précisons que c’est le premier rapport de cette instance suite aux dernières législatives. Plusieurs pages sont consacrées au secteur de la Santé. Le comité se livre presque à une autopsie de ce secteur. 

Il consacre un premier volet aux plaintes faites dans les hôpitaux. Le Public Accounts Committee trouve « édifiant » que le ministère de la Santé ignore royalement certaines recommandations du Medical Council et de la cour suprême. Le comité s’étonne qu’il n’y a pas de procédure après une plainte. Il souligne tout est fait de manière bancale et peut même donner lieu à des possibles conflits d’intérêts. 

Le comité rappelle qu’au moins 25 plaintes sont déposées chaque jour dans un hôpital. Il précise que rien n’est fait pour éviter que les erreurs ne se répètent et pour s’assurer que les actions disciplinaires soient prises. 

Il recommande un officier qui va réceptionner et suivre les plaintes, mais aussi que chacune soit consignée dans un registre dédié et se voit attribuer un numéro de référence. 

Mais sur l’achat et l’entretien d’équipements médicaux, le Public Accounts Comittee frappe fort. Très fort ! Il propose que seuls les fournisseurs établis et ayant de l’expérience soient présélectionnées lors des appels d’offres. 

Le comité soutient que cet item débouche sur de gros gaspillages de l’argent public et souvent un service de qualité inférieur au public. Sans compter que la réparation et l’entretien de ces équipements posent problème. 

Le comité laisse comprendre qu’il n’y a pas de personnel suffisamment qualifié et motivé dans le département concerné par l’achat et l’entretien des équipements médicaux. Il fait un parallèle avec les cliniques privées et soutient qu’avec moins de personnel et de ressources, les cliniques privées obtiennent de meilleurs résultats.

Mardi 24 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.