Menu



Un autre regard

Protestation contre la vaccination forcée : Ingrid Charoux se met dans la peau d'une République bananière


Rédigé par E. Moris le Mardi 6 Juillet 2021



@ Reuben Pillay
@ Reuben Pillay
Deuxième jour de protestation devant le Parlement ce mardi suite à des atteintes intolérables des droits humains, rendant la vaccination anti-covid obligatoire à Maurice.

Quelques irréductibles font entendre leurs voix. A l'initiative de l'activiste Reuben Pillay, des étudiants, enseignants, parents d'élèves et activistes ont brandi des pancartes pour dénoncer cette mesure qui est anticonstitutionnelle car elle oblige au citoyen de recevoir un acte médical sous la contrainte.

Rappelons que sous prétexte d'une gestion des urgences sanitaires, le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth rend la vaccination obligatoire concernant le secteur de la Santé et de l'Education. Cette mesure est entré en vigueur depuis le 21 juin.

Tout individu non-vacciné alors que sa santé le lui permet et qui se trouve dans une institution mentionnée risquera une amende de Rs 500 000 et une peine d’emprisonnement de dépassant pas cinq ans.

Ingrid Charoux, n'est pas passée inaperçue avec sa tenue de banane. Elle affirme que nous vivons dans un « république bananière » et s’insurge qu’à Maurice, les citoyens soient soumis à du chantage pour faire la vaccination. Elle ne décolère non plus concernant le rapatriement du Chef commissaire de Rodrigues, Serge Clair, à Maurice pour se faire soigner. Cela, alors que, des Rodriguais sont restés bloqués à Maurice pendant des mois.

Un groupe d'élèves a tenu également à manifester contre la vaccination forcée, en effet l'accès à leur école leur a été refusé. Ils ne sont pas rassurés par les vaccins proposés par les autorités mauriciennes.
 


Protestation contre la vaccination forcée : Ingrid Charoux se met dans la peau d'une République bananière

Mardi 6 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.