Menu


Politique

Procès contre Soodhun : Le verdict connu au mois de septembre


Rédigé par E. Moris le Mercredi 31 Juillet 2019



L’audition des témoins a pris fin, ce mercredi 31 juillet. Dans le cadre de son procès, l’ancien vice-Premier ministre et ministre du Logement, Showkutally Soodhun, sera fixé le 25 septembre prochain concernant cette affaire.

Après une séance de contre-interrogatoire agité avec Gilles l’Entêté, le directeur général de la NHDC appelé comme témoin, a nié avoir reçu des directives de Showkutally Soodhun pour allouer les maisons de la NHDC de Bassin à des habitants en particulier.

Le représentant de la poursuite, Me Mehdi Manrakhan a invité la cour à trouver Showkutally Soodhun coupable. Il a cité la Constitution et soutenu «que l’engagement pris par le prévenu à son bureau suffit pour un verdict de culpabilité». L'avocat de Showkutally Soodhun, Me Ravind Chetty a indiqué «qu’il n’y a pas de preuves de discrimination, vu que les maisons n’ont pas encore été attribuées».

Pour rappel, l'ex vice-Premier ministre, ex ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun lors d’une réunion à son bureau en juillet 2017, avait rencontré des habitants qui s'opposaient à la construction de logements sociaux et qui avaient exprimé leurs craintes de voir une augmentation de la criminalité dans leur quartier.  

Cette rencontre a été enregistrée en caméra cachée. On voit et entend Soodhun qui n’aurait rien trouvé de mieux que de rebondir sur leurs propos à fort relent communal et sectaire. Il aurait fait la promesse que les "Kréols" ne bénéficieront pas de ces logements sociaux, les associant à la prolifération de la drogue et de la prostitution. Il avait dû démissionner par la suite. 

Concernant l’arrestation de Shameem Korimbocus à Dubaï, Soodhun : «Mo pa konn nanien ladan. Mo pa pou fer oken komenter» et il n’a pas souhaité commenter son procès.




 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.