Menu



Société

Private Prosecution : Kavy, Sudhir et Yogida


Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Décembre 2020



Ce matin, au tribunal de Port-Louis Nord, Yogida Sawmynaden prendra place dans le box des accusés. Il sera le troisième ministre à le faire en 2020, suite à une Private Prosecution. Avant lui, il y a eu Kavy Ramano et Sudhir Maudhoo.

Les deux avaient fait l’objet de poursuites privées au pénal initiées par Bruneau Laurette. Quant à Yogida Sawmynaden, c’est par les bons soins de la veuve de son chef agent qu’il se retrouve dans le petit coin du tribunal que les délinquants, les toxicomanes et les proxénètes connaissent bien. Il n’est pas certain que la compagnie de cette faune le mette à l’aise. Mais qu’importe ! 

S’il est plus que probable que le ministre ne sera pas inquiété outre-mesure par l’audience de ce mardi (lire Le DPP demandera la radiation des accusations contre Sawmynaden), ce n’est pas le plus important dans l’histoire. Si 2020 a été une année horrible sous bien des aspects, elle marque cependant un tournant dans la tentative des citoyens de reprendre un peu de pouvoir qu’ils ont laissé entre les seuls mains des politiques. 

Elle montre aussi que les hommes politiques, surtout ceux qui sont au pouvoir, ne sont pas tout-puissants. Bruneau Laurette, hier, et la veuve Kistnen, aujourd’hui, ont pu traîner des honorables membres du Conseil des ministres de leur chaise confortable jusqu’à ce fameux box des accusés. C’est un détail qui a toute son importance.

Sur quoi va déboucher cette prise de conscience citoyenne, aidée il est vrai par des avocats qui ont sûrement un agenda derrière la tête ? Peut-être sur des choses difficilement imaginables actuellement.

Mardi 29 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.